Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

Accès Rapides aux Textes sur les Cycles

L'Âge Planétaire

Une étude de nos cycles planétaires :

L'âge Planétaire correspond aux différents aspects des planètes lentes (Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton) en transit par rapport à leur position natale.

Ce sont donc des transits planétaires majeurs, qui jalonnent notre vie et que nous vivons tous à peu près aux même âges.

Je rappelle ici la durée des différents cycles planétaires des planètes lentes :

Jupiter 12 ans

Saturne 29 ans et demi

Uranus 84 ans

Neptune 164 ans

Pluton 250 ans environ


Utilisation pratique des âges planétaires :

Les âges que je vous indique plus bas dans cette étude, et qui correspondent aux différents transits de l'âge planétaire, sont "des âges moyens". Vous devez donc posséder un logiciel d'Astrologie, ou savoir utiliser les éphémérides, pour identifier plus précisément, et pour chaque thème astral, le début et la fin des transits en question.

Mon conseil : N'utilisez pas d'orbe, utilisez comme point de repère, les moments de passage exacts des planètes sur les différents point clés.

Je précise également qu'il faut avoir une interprétation très souple de la durée de ce type particulier de transit.

Je préconise de partir sur une influence moyenne d'1 an au minimum par transit à partir du premier passage. Entre 1 et 2 ans, pour les planètes les plus lentes : Neptune et Pluton. Notez que 80 % des transits de l'âge planétaire sont constitués de 3 passages sur le même point, voire plus. Ce sont donc des transits longs et dont l'influence perdure souvent même après la fin du transit. Donc, d'une manière générale, l’on commence à ressentir l'arrivée du transit quelques semaines ou quelques mois avant le 1er passage, et ensuite l'on reste sous son influence durant au moins 1 an.


Les 3 cycles de Saturne :

Saturne est une planète importante pour notre développement personnel car elle est la planète qui nous permet de grandir et de franchir différents paliers de maturité au cours de la vie.

De plus, Saturne met 29 ans et demi pour faire le tour du Zodiaque. Au cours d'une vie entière elle fait donc 3 grands cycles. Il est donc pertinent de diviser notre étude de l'âge planétaire en trois grandes parties correspondant aux trois cycles de Saturne.

Retour

Le 1er cycle de Saturne :

Naissance - 29 ans et demi


Le premier cycle de Saturne, de notre naissance à nos 29 ans et demi, est avant tout un cycle formatif, c’est à dire un cycle dont l'enjeu principal est de nous permettre de mieux nous connaître et également d'émerger de tout un contexte familial et éducatif.

A l’échelle de notre vie, le premier des 3 cycles de Saturne est en quelque sorte un cycle “préparatoire”.

7 ans et demi :

Saturne carré Saturne (1er carré ascendant)

C'est l'âge de raison. Le moment où l'enfant commence à se dissocier de ses parents et à former sa propre base (1er carré = phase Cancer). Il commence à raisonner par lui-même, à faire ses propres choix.

12 ans :

Jupiter conjoint Jupiter (début de 2e cycle de Jupiter)

On peut dire que c'est la fin de l'enfance à proprement parler, car à partir de là, l'enfant devient un pré-adolescent.

15 ans :

Saturne opposé saturne

Lors du premier carré de Saturne, à l’âge de raison, l'enfant s'était donné des bases, un socle personnel (phase Cancer). Entre 7 et 15 ans il va progressivement développer sa personnalité et apprendre à s'exprimer (phase Lion). À 15 ans, au moment de l'opposition, il va poursuivre sa construction personnelle en se confrontant à autrui (phase Balance). C'est donc le moment où il peut notamment s'opposer à ses parents, contester leur autorité et en faisant cela, fortifier son identité. C'est le début de la crise d'adolescence. Mais puisqu'il a quand même besoin d'être protégé, il va chercher l'adhésion, par compensation, auprès de son groupe d'amis. Son identité encore fragile, se met alors, plus ou moins, à dépendre de ce groupe et de ses nouveaux codes.

Retour

21 ans :

Uranus carré Uranus (premier carré ascendant)

C'est une période souvent très dynamique et exaltée où le jeune aspire fortement à se libérer de tout un contexte familial et éducatif. C'est aussi une crise d'indépendance souvent un peu désordonnée. En effet, Uranus en carré implique de la nervosité, de l'impatience mais aussi un manque de mesure et de pondération. On peut alors facilement se croire invulnérable, penser que l’on a tout compris. En réalité, l’on ne mesure pas encore très bien les conséquences de nos actes. Néanmoins, il faut reconnaître qu'Uranus apporte ici une fantastique dose d’énergie, une énergie indispensable pour se lancer et se confronter à la vie, par soi-même.

22 ans :

Saturne carré Saturne (1er carré décroissant)

Le Carré décroissant de Saturne est toujours une phase importante, car Saturne se trouve alors en accord avec cette phase capricornienne (le carré décroissant correspond symboliquement à la maison 10). Il s'agit d'une "crise de conscience" qui implique souvent à la fois : travail, responsabilités et solitude (sens de Saturne symboliquement en Capricorne). Cette phase peut avoir lieu juste avant, en même temps, ou juste après le premier carré d'Uranus. Donc, on voit bien ici, que la liberté, désirée par Uranus, implique immédiatement certaines responsabilités (Saturne). Je pense toujours dans cette phase, au jeune adulte qui emménage dans son premier appartement. C'est la liberté, bien sûr, mais il est aussi rapidement rattrapé par de nouvelles responsabilités : il faut aller faire les courses, se faire à manger, payer son loyer, et donc aussi travailler ou remplir son contrat d’études... Et il y a une certaine solitude qui peut apparaître.  

Retour

24 ans :

Jupiter conjoint Jupiter (deuxième retour de Jupiter)

Le retour de Jupiter apporte toujours de nouvelles énergies pour se tourner vers l'avenir. Le jeune est à présent plus à l'aise avec son nouveau statut d'adulte et ses nouvelles responsabilités. Il peut se tourner vers l'avenir avec plus de confiance. Comme Jupiter met 12 ans pour faire le tour du Zodiaque, l'année qui suit chacun de ces retours, peut être assimilée à "une année Bélier" (peu importe le signe réel dans lequel se trouve Jupiter à ce moment-là). Donc, l'année des 24-25 ans (sous réserve bien sûr des autres transits présents à ce moment dans le thème) est souvent une année propice pour prendre des initiatives, pour se lancer dans de nouveaux projets, pour se fixer de nouveaux objectifs et plonger dans l'action.

27 ans 1/3 :

Lune progressée conjointe Lune natale

À chaque fois que la Lune progressée passe sur la Lune natale (27, 54 ans) elle ouvre une fenêtre temporelle durant laquelle nous avons davantage accès au fonctionnement de notre subconscient. Donc l'âge de 27 ans est une période où l'on peut porter un regard plus lucide sur soi, une période où l'on peut prendre conscience de nos automatismes, ainsi que des schémas intérieurs que nous avons hérités de notre enfance. Pour la femme, c'est aussi un moment où la question de devenir mère peut se poser. Il y a alors parfois certaines interrogations mais aussi certaines peurs qui peuvent remonter à la surface concernant l'idée de maternité. Plus généralement, c'est un moment où l'on peut commencer à éprouver le besoin de fonder une famille.

28 ans :

Uranus trigone Uranus (trigone croissant)

Rudhyar appelait ce moment : "La deuxième naissance Uranienne" (la première étant notre naissance physique). C'est un moment où l'on prend conscience que l'on a grandi, que l'on est à présent un adulte et qu'il nous faut prendre notre place dans la société. Uranus nous parle également de ce qui nous différencie des autres, de ce qui fait notre individualité, notre originalité. Donc c'est un moment-clé, un moment où l'on éprouve le besoin de participer à la société et d'exprimer notre potentiel mais tout en conservant une certaine indépendance et liberté dans notre expression. Si par exemple l'on s'était contenté de suivre l'opinion de sa famille, d'un groupe ou même "l'avis général" jusqu'ici, et bien à 28 ans, on est poussé à s'en affranchir une bonne fois. On éprouve le besoin de tracer sa propre route et tant pis si ce n'est pas exactement "conforme" ou "cohérent" avec ce que l'on a fait ou affiché jusqu'alors.

Retour

Le deuxième cycle de Saturne :

29 ans et demi - 59 ans

Ce 2ème cycle débute au moment où Saturne repasse sur sa position natale : c’est ce que l’on appelle “le premier retour de Saturne”.

Plusieurs auteurs, dont Stephen Arroyo, considèrent l'âge de 29 ans et demi comme "la maturité astrologique". Avant 29 et demi, le jeune est amené à faire de nombreuses expériences et tentatives dans la vie, parfois désordonnées, pour justement acquérir une meilleure connaissance de lui-même. On voit donc bien que le but du premier cycle de Saturne n'était pas tant de "produire quelque chose", que de se trouver soi-même.

À 29 ans et demi cependant, ce cycle se termine. Prêt ou pas prêt, les énergies changent, les enjeux aussi, et dans le 2e cycle de Saturne, le ciel va nous demander de prendre progressivement notre place dans la société et d'assumer de plus en plus de responsabilités (professionnelles, familiales, parentales, éducatives...). On pourrait donc résumer l'enjeu du 2e cycle de Saturne par l'expression suivante "productivité dans le monde". Il s'agit de prendre sa place et de produire quelque chose à partir de celle-ci.

Retour

29 ans et demi :

Saturne conjoint Saturne ( Premier retour de Saturne)

Revenons quelques pas en arrière… A 28 ans, sous l'impulsion d'Uranus, nous devrions avoir perçu une première idée, avoir eu une première “vision”, même floue, de ce que nous étions capable de faire, et de ce que nous voulions faire et être dans l'avenir. À 29 ans et demi, le moment est venu de faire un choix. De faire un choix en tant qu'adulte et d'assumer les responsabilités qui en découlent.

Les retours de Saturne sont généralement marqués par le besoin de se couper un peu du monde, de se retirer, de faire le silence en soi pour réfléchir et faire le point. Parfois, c'est très court, quelques jours ou quelques semaines seulement. Mais parfois aussi, cela s'étale sur toute une année voire davantage.

Il peut également y avoir une certaine sensation de solitude, on se sent alors “seul sur son chemin de vie”, seul face aux choix que l’on doit faire et face aux nouvelles responsabilités qu’ils impliquent.

Je constate également régulièrement que les années comprises entre 30 et 37 ans sont assez difficiles à vivre car l’on est en général assailli par les responsabilités. Symboliquement, Saturne "descend" dans le Signe du Cancer, "fonde" quelque chose, puis, à partir de cette fondation commence à remonter.

Retour

36 ans :

Jupiter conjoint Jupiter.

Début du 3e cycle de Jupiter.

Ce transit a lieu juste avant le carré croissant de Saturne (37 ans), il nous apporte de nouvelles énergies justement pour faire face aux défis représentés par ce carré. Comme je vous le disais, chaque retour de Jupiter correspond au début d'une année de type "Bélier", donc 36 ans est une année propice pour prendre des initiatives, pour se fixer de nouveaux objectifs et se tourner vers l’avenir.

Retour

37 ans :

Saturne carré Saturne

Carré croissant de Saturne

On retrouve à nouveau ici Saturne dans une "phase Cancer" (le Carré croissant correspond symboliquement au 4e signe). Donc il s'agit d'une “crise” (une période de transformation), comme tous les carrés de Saturne, mais aussi d’une crise qui vise à nous doter de racines (Cancer).

Rappelez-vous, dans le premier cycle, saturne en carré croissant correspondait à "l'âge de raison". L'enfant prenait alors conscience de sa propre existence, de son caractère, de sa capacité à raisonner par lui-même, il se constituait alors un socle psychologique à partir duquel il allait pouvoir construire sa personnalité. C'est donc un peu la même chose dans le deuxième cycle de Saturne, la personne doit se constituer un socle mais cette fois pour sa vie d'adulte.

Sur un plan plus matériel, cela passe aussi souvent par l'acquisition d'un bien immobilier, par une fixation dans une région (on s’ancre quelque part) ou par l’accession à une “situation” ou à un statut professionnel désiré.

Retour

Les oppositions du milieu de la vie.

Au milieu de notre vie nous connaissons tous une période plus ou moins troublée, une période durant laquelle nous sommes "bousculés" par la vie. Cette période s'appelle "les oppositions du milieu de la vie". C'est une période qui se situe globalement entre 40 et 45 ans. Nous vivons alors successivement 3 transits majeurs : Neptune carré Neptune, Uranus opposé Uranus et enfin Saturne opposé Saturne. Le début de cette phase commence “officiellement” avec le carré de Neptune et se Termine avec l’opposition de Saturne.

Cette période clé sépare notre vie en deux grandes parties. Une première partie de vie durant laquelle (en simplifiant il est vrai beaucoup les choses) nous agissons d'abord et nous retirons ensuite de nos actions une expérience. Puis une deuxième partie de vie, durant laquelle, en tout cas idéalement, nous sommes amenés à agir en priorité à partir de notre expérience de vie. Donc l'enjeu de cette deuxième partie de vie consiste à exprimer notre potentiel de manière toujours plus authentique et plus "juste" vis-à-vis de ce que nous sommes réellement.

Voyons maintenant plus en détail le sens des 3 transits qui constituent les oppositions du milieu de la vie.

Retour

41 ans :

Neptune carré Neptune

Carré croissant de Neptune

Des 3 transits des oppositions du milieu de la vie, c'est celui qui est le moins événementiel. C'est avant tout un transit “psychologique” et aussi un transit préparatoire. Neptune en carré vient ici dissoudre certaines de nos certitudes, certaines de nos croyances et de nos schéma intérieurs. Cela commence en général par un vague sentiment de confusion, comme quand vous êtes sur un bateau et que vous commencez à ressentir le tangage, à avoir la tête qui tourne un peu. On s'aperçoit soudain, que l'on ne sait plus très bien où l'on en est. Ce que l'on croyait comme certain, comme acquis, comme “ferme et définitif” est progressivement remis en question. On s'aperçoit que l'on s'est en réalité construit à partir de notre éducation, à partir de certains principes, de certaines certitudes et croyances, souvent héritées de notre enfance. Ces croyances, qui formaient jusqu’à présent la colonne vertébrale de notre vie et de notre personnalité n'avaient jamais été remises en question, mais Neptune en carré vient y jeter un doute, un trouble. C’est un peu la phrase de Yoda dans La Guerre des Étoiles : “Je sens un trouble dans la Force”. En fait Yoda ressentait sans doute les premiers effets d’une influence Neptunienne !

Quoi qu’il en soit, la personne peut alors douter de son orientation professionnelle, douter de son mariage, de son amour, de ses choix de vie... Il y a donc une confusion, plus ou moins importante, qui progressivement contamine notre vie et fragilise nos bases.

En fonction du thème, le carré de Neptune peut aussi indiquer une prise de distance vis-à-vis de tout ce qui relève de la matérialité. On peut avoir l'impression d'avoir fait jusqu’à présent des choix "trop matérialistes" par exemple, ou bien, ne plus trouver la même motivation pour continuer à faire “juste comme avant” au sein de la société.

On peut aussi éprouver le besoin de trouver d'autres valeurs, d'autres énergies, souvent plus “spirituelles”. La confusion intérieure que l'on ressent alors peut initier une recherche personnelle : Connaissance de soi, spiritualité, religion, méditation… Mais ces domaines là ne s’abordent pas sans beaucoup de prudence et de recul. Et si la personne ne se connait pas suffisamment (ce qui est plus que fréquent, malgré ce que nous avons tous tendance à penser), si elle n’a pas suffisamment d’ancrage personnel, alors Neptune peut très facilement l’entraîner dans une forme de dérive. Une dérive, un flottement (penser à utiliser un vocabulaire “marin” si possible avec Neptune) mais tout en donnant à la personne, du moins à certains moment, l’impression, la certitude même, d’être sur la voie de son salut. C’est ce que l’on appelle une “bouffée neptunienne”. Il est alors très difficile de faire “atterrir” la personne.

En résumé, l’on peut dire que cette période Neptunienne est souvent marquée par une alternance entre des phases de profonde confusion et des phases d’exaltation idéaliste.

Retour

42 ans :

Uranus opposé Uranus

Vous vous souvenez, à 21 ans Uranus était en carré, c'était "la crise d'indépendance", la crise d'indépendance vis-à-vis de ses parents et de son milieu d'origine (carré croissant : phase Cancer). À 42 ans, on vit à nouveau une phase Uranienne, mais cette fois, il s'agit d'une opposition donc d'une "phase Balance". Cela commence souvent par un regard que l'on porte en arrière sur soi, sur son passé et sur son parcours (notez que c'est paradoxal pour Uranus , planète par excellence de l’avenir et du futur...Mais vous allez comprendre). On regarde son parcours et on ne le juge plus par rapport à ce que la société nous a conditionné à être ou à faire, mais par rapport à ce qui est véritablement important pour soi. On se dit : " Voilà, j'ai fait ceci et cela dans ma vie, mais à présent, quelle est la valeur de tout cela au regard de ce qui fait mon unicité, de ce qui constitue mon véritable potentiel, mes propres valeurs ? Dans quelle mesure ce que j'ai manifesté jusqu'à présent est-il véritablement authentique ? Est-ce que mon parcours jusqu'ici est réellement le fruit de mes choix personnels, ou bien, est-ce qu'en réalité j'ai agi, sans m’en apercevoir, selon un conditionnement ? Où en suis-je dans l’accomplissement de mes rêves d’enfant ?"

De ces questions, et surtout des réponses que nous y apportons à ce moment-là de notre vie, naît bien souvent une prise de conscience. On prend conscience que certains de nos choix n'étaient pas complètement les nôtres, qu’ils ne correspondaient pas complètement non plus avec la personne que nous sommes réellement.

On sent également monter en soi un sentiment d'urgence. On ressent une certaine urgence pour se réorienter, pour se donner “une deuxième chance dans la vie”. Mais une deuxième chance pour quoi ?

Et bien une deuxième chance, pour faire des choix plus personnels, pour vivre notre vie d'une manière plus authentique et plus en accord avec notre être véritable, une deuxième chance aussi pour accomplir nos rêves d’enfant.

Donc parfois, la prise de conscience et le contraste avec la situation vécue sont tels qu'il ne s'agit pas de simples "réajustements", on se dit qu'il faut au contraire tout changer et repartir à zéro. C'est aussi pourquoi on trouve beaucoup de divorces et de séparations autour de l'âge de 42 ans. On se dit que si l'on n'est pas complètement épanoui, pas complètement satisfait dans sa vie, c'est aussi un peu la faute de l'autre (phase Balance), ou tout du moins du contexte dans lequel on est, contexte que l’on a pas vraiment choisi en conscience. On peut donc assister à des revirements et des ruptures existentielles assez spectaculaires en fonction des cas ici.

Il y a aussi souvent des changements au niveau de la vie professionnelle. C'est l'âge des réorientations, on cherche alors à faire quelque chose "qui nous ressemble davantage", quelque chose qui soit plus en phase avec nos aspirations profondes et notre potentiel..

Le piège d'Uranus ici, planète un peu "adolescente" par nature, c'est justement de revivre une nouvelle crise d'adolescence mais cette fois dans le deuxième cycle de Saturne. D’autre part, Uranus est une planète souvent un peu “radicale” dans son expression, et l'on peut avoir la tentation de "jeter le bébé avec l'eau du bain" comme l'on dit, de ne pas faire de détail. Si l'on y prend pas garde, on peut alors facilement faire beaucoup de dégâts dans notre vie et ce, tout en étant persuadé d'être sur la voie de la libération intérieure. Mais après, l’explosion, quoi qu’il arrive, il faudra reconstruire...

Il faut donc faire preuve à la fois de lucidité et de modération dans cette phase Uranienne. Et ce n’est en général pas facile ! Comprenez-moi bien, il ne s'agit pas de minimiser la prise de conscience et les changements que l'on doit apporter dans sa vie à ce moment-là, mais il ne faudrait pas non plus, verser dans une sorte d’impatience “adolescente” ou dans une précipitation excessive. Il faut au contraire toujours essayer, de voir et de valoriser ce que l'on a déjà réalisé, ce que l'on peut garder, nos acquis en somme, et comment, à partir de ceux-ci, nous pouvons nous ré-orienter progressivement vers une deuxième partie de vie plus authentique.

Retour

45 ans :

Saturne opposé Saturne

La dernière fois que Saturne s'est opposé à sa position natale, rappelez-vous, c'était dans le 1er cycle de Saturne autour de l'âge de 15 ans : L'adolescence et l'opposition aux parents. Ici dans le 2e cycle on retrouve une phase "Balance". Donc à 45 ans, beaucoup de choses dépendent de la manière avec laquelle, 7 ans et demi auparavant, vous avez bâti votre "socle" (phase Cancer des 37 ans). Si le socle n'était pas solide, si il comportait une “fragilité”, si vous avez construit vos bases, vos fondations sur un terrain mouvant, en disant par exemple que "les choses finiraient bien par s'arranger d’elles-mêmes"... Et bien il y a de fortes chances qu'au moment de l'opposition saturnienne (à 45 ans donc) vous soyez amené à payer l'addition. Si c'est le cas, alors le carré d'Uranus aura fait éclater une relation, un foyer, une situation, et vous serez alors confronté à de nouvelles responsabilités pour vous-même. Cela pourra donc passer par une phase de nécessaire solitude et de retour à vous. Après la libération (Uranus), revoici venir les responsabilités.

De même dans votre travail, si vous avez refusé de voir certains signes, ou si par exemple vous vous êtes contenté de suivre une voie sans jamais trop vous poser de question, Saturne en opposition peut alors vous mettre “au pied du mur”, c’est à dire provoquer une impasse, ou un écroulement, justement pour vous obliger à repartir sur de nouvelles bases, sans doute plus personnelles et plus authentiques.

En revanche, si à 37 ans vous avez bâti un socle solide, et si depuis vous avez régulièrement fait le tri dans votre vie, si vous avez su affiner progressivement votre orientation, vos choix, en remettant en question vos acquis et vos certitudes à intervalles réguliers, alors Saturne en opposition à 45 ans peut vous apporter un pic de succès, un moment où la société reconnaît votre valeur, où elle vous récompense et vous confie de nouvelles responsabilités. De même, une relation saine, peut se trouver considérablement renforcée par ce transit.

Donc pour résumer, Saturne opposé Saturne, à 45 ans, peut soit être un sommet, un aboutissement à l'échelle de la vie, soit au contraire représenter l'écroulement d'une structure de vie (professionnelle, affective, personnelle). Dans ce deuxième cas, l’opposition de Saturne est l'occasion, après une phase certes un peu douloureuse de bilan et de retour sur soi, de prendre un nouveau départ dans la vie.

Retour

Entre 37 et 53 ans+ :

Pluton carré Pluton

L'âge du carré de Pluton à sa position natale varie considérablement en fonction de la date de naissance des personnes. Cela provient du fait que l'orbite de Pluton est très allongée, et que donc, sa vitesse varie beaucoup au fil du temps. Ainsi, Pluton peut aussi bien passer 12 ans dans un signe, que 32 ans.

Voici les âges du carré de Pluton en fonction des années de naissance (cf Thérèse Casati - Manuel d'Astrologie)

Année de naissance / âge du carré de Pluton

1940 / 40-45 ans

1950 / 40-41 ans

1960 / 37-38 ans

1970 / 37-38 ans

1980 / 38-39 ans

1990 / 45-46 ans

2000 / 52-53 ans

Donc lorsque vous étudiez les cycles d'une personne qui se trouve dans la période des oppositions du milieu de la vie, pensez bien aussi à regarder où est-ce qu'elle en est par rapport au carré de Pluton.

Il faut se rappeler que Pluton est par essence "le grand purificateur". C'est lui qui au cours de la vie, nous débarrasse à intervalles réguliers de tout ce qui a fait son temps, de tout ce qui est dépassé, de tout ce qui nous encombre et ralentit notre progression. Dit comme cela, on peut percevoir les transits de Pluton comme des transits "facilitants", ils le sont bien sûr car ce sont clairement des transits d'évolution, cependant ce n'est pas, mais alors pas du tout, l'impression que nous avons lorsque nous les vivons. Pluton vient en effet en priorité nous enlever des choses ou des personnes auxquelles on tenait et sur lesquelles l'on s'appuyait sans doute excessivement. C'est un peu comme si Pluton venait "tirer le tapis sous nos pieds", nous enlever "une béquille", justement pour nous faire tomber. Il nous dit en somme "J'estime que tu n'as plus besoin de cela pour avancer dans ta vie. Donc à partir de maintenant tu dois apprendre à faire sans.". Inutile de préciser que le message est parfois difficile à entendre, car il y a souvent des liens d'habitude mais aussi des liens affectifs qui se sont créés. C'est pourquoi les transits dynamiques de Pluton et surtout le carré (tous les carrés sont des phases de crises) représentent souvent des périodes de deuil. Je parlais ici en priorité de "deuils symboliques" mais il est vrai que parfois il s'agit aussi, hélas, de "deuils réels". On doit alors faire le deuil de quelque chose, le deuil d'une personne, ou le deuil d'une relation... Il faut comprendre que tout ceci ne pouvait de toute manière pas vous accompagner plus loin dans votre vie. Donc disons qu'il y a deux grands types d'attitudes face au carré de Pluton, on peut soit refuser l'action plutonienne et s'accrocher mordicus à certains éléments de son passé. Dans ce cas, Pluton va, dans un premier temps, ronger en silence la poutre de l'intérieur, puis dans un deuxième temps, provoquer un écroulement brusque. La personne ressent alors cet événement comme une "fatalité", comme une injustice profonde qui s'abat sur elle. Elle peut refuser de faire son deuil, ou différer celui-ci... Mais elle se prépare aussi, potentiellement, à des souffrances intérieures plus intenses on prolongées. Une part d'elle reste alors en arrière, comme un fantôme accroché à son passé. Deuxième attitude possible face à l'influence de Pluton, c'est la plus rare, mais également la meilleure. Il s'agit d'élever son niveau de conscience pour accueillir Pluton, et non plus le rejeter par peur. Il s'agit évidemment d'une démarche spirituelle. Pluton, symbole de la mort, n'est pas à opposer, comme nous sommes pourtant conditionnés à le faire, à la vie. "La mort" est bien davantage à comparer à "la naissance" car ce sont deux phases qui représentent "des passages". Donc Pluton, le Grand Purificateur, vient ici enlever certaines choses qui ont fait leur temps dans notre vie, et ce, afin de nous faire rentrer dans un nouveau passage. S'il nous fait "tomber", symboliquement, c'est aussi pour nous permettre de nous relever et d'apprendre à marcher "autrement". Donc le carré de Pluton, au milieu de notre vie, nous invite aussi à méditer sur la symbolique de la mort, et sur la nécessité qu'il y ait une fin à toute chose, pour que justement "autre chose" puisse advenir.

Quand vous voyez qu'une personne est en train de vivre le carré de Pluton, vous pouvez donc attirer son attention sur l'importance d'examiner sa vie à la recherche “de ce qui a fait son temps”, également de tout ce qui est une source de dépendance (matérielle, affective, relationnelle…) et donc de ce qui, si la personne n'y prend garde, risque de constituer dans les années à venir "un frein" pour sa croissance. C'est potentiellement une phase importante de purification personnelle, à condition déjà d'en prendre conscience et de s'ouvrir ensuite pleinement à l'action plutonienne.

Notez pour terminer que le sextile et le trigone de Pluton sont aussi des phases de purification et de libération de karma. Celles-ci se réalisant en général avec plus de facilité et, oserais-je dire "plus de douceur" que le carré, elles sont donc moins "visibles" à l'échelle de la vie.

Retour

48 ans :

Jupiter conjoint Jupiter

Pour tout vous dire, c'est souvent à 48 ans, avec ce nouveau retour de Jupiter sur sa position natale, que l'on peut véritablement tourner la page des oppositions du milieu de la vie. En fait, les oppositions du milieu de la vie peuvent être parfois si violentes, qu'il faut plusieurs années à l'issue, pour récupérer, comprendre et intégrer les choses. Donc lorsque Jupiter repasse sur sa position natale à 48 ans et amorce un nouveau cycle de croissance, elle nous apporte les énergies dont on a besoin pour se tourner vers l'avenir. Rappelez-vous que la première année du cycle jupitérien est toujours "une année Bélier", donc une année qui favorise l'initiative et l'action. Donc 48 ans, c'est potentiellement le moment où l'on tourne une page (la page des oppositions du milieu de la vie) et où l'on prend un nouveau départ dans la vie.

Bien sûr, il faut nuancer cela, car si vous voyez d'autres "transits contraires" au même moment, par exemple un Saturne carré Soleil la même année, et bien il faudra alors considérer que ce nouveau départ des 48 ans sera en quelque sorte différé dans le temps. De même, si vous voyez que Jupiter repasse sur sa position natale mais en maison 12, là aussi, il faudra naturellement attendre que Jupiter passe sur l'Ascendant pour que ce nouveau départ devienne effectif. Donc l'idée est de toujours prendre du recul, aucun "indice", pris isolément, ne constitue en soi une vérité absolue. Il faut qu'il y ait un faisceau d'indices, qui aillent dans le même sens, pour que vous puissiez affirmer quelque chose au consultant.

Retour

51 ans et demi :

Carré décroissant de Saturne

Rappelez-vous, la dernière fois que ce carré décroissant de Saturne a eu lieu c'était à 22 ans environ. Le jeune se trouvait alors confronté à de nouvelles responsabilités directement liées à l'accès à une plus grande autonomie dans sa vie. Il se séparait de son groupe d'amis pour rentrer dans la vie active. Ici c'est un peu la même chose mais dans le 2e cycle de Saturne. C'est un moment où il peut y avoir une certaine libération vis-à-vis des obligations liées aux enfants par exemple. Les enfants accèdent à leur majorité, l'éducation se termine, ils quittent la maison, prennent leur autonomie... De ce fait, pour le parent, c'est un moment de séparation qui peut être plus ou moins bien vécu. On peut se retrouver seul, se sentir seul. Et il arrive naturellement de nouvelles responsabilités, vis-à-vis de soi-même notamment. On revient à soi, on s'interroge sur la suite de son parcours, on ne peut plus non plus se cacher derrière certaines obligations que l'on se donnait pour les autres. Il faut donc renouer le lien, retrouver le dialogue avec soi-même. "Qu'est-ce que je veux faire pour la suite de mon propre parcours ?".

Tous les carrés sont des phases de crises, mais vous voyez, le Carré décroissant est avant tout "une crise de conscience". On s'interroge sur soi, on se cherche une nouvelle idéologie, une nouvelle philosophie de vie. Et il en découle naturellement que certaines relations peuvent s'arrêter, parce qu'elles ne nous correspondent tout simplement plus. Et inversement, d'autres peuvent débuter à ce moment-là.

Mais le carré décroissant de Saturne est aussi la phase du Fruit (phase Capricorne), donc il peut également s'agir ici d'un moment clé durant lequel la personne peut produire "son œuvre". C'est un moment où l'on peut véritablement apporter sa pierre à l'édifice. On peut trouver un exemple de cela chez les écrivains et les artistes, 51 ans est souvent le moment où ils produisent leur œuvre de référence, celle qui cristallisera l'ensemble de leur travail et celle qui sera retenue dans l’histoire (Saturne, Kronos, portée au plus haut, dans le deuxième cycle, la productivité).

Retour

56 ans :

Uranus trigone Uranus

C'est la troisième naissance uranienne.

Rappelez-vous, la dernière fois qu'Uranus s'était retrouvé en trigone à sa position natale c'était à l'âge de 28 ans. Les trigones d'Uranus sont des moments qui ouvrent notre capacité de perception, ce sont des moments "d'insight" durant lesquels, si l'on est à l'écoute, on peut recevoir des messages, avoir des visions, faire d'importantes découvertes sur soi, prendre conscience de certaines choses essentielles concernant notre psychologie, notre fonctionnement et notre potentiel.

À l'âge de 56 ans, le trigone d'Uranus vient en quelques sortes comme un précurseur, un ambassadeur, du 3e cycle de Saturne. C'est un peu comme lorsque l'on commence à percevoir l'odeur de l'automne à venir, alors que l'on est encore en plein été. Donc Uranus ouvre ici de nouvelles possibilités, des possibilités qui pourront prendre forme dans les années à venir.

Il y a souvent des choses, qui font partie de notre potentiel, mais que nous n'avons pas pu exprimer ou exploiter jusqu'à présent tant nous étions accaparés par nos responsabilités ou plus ou moins limités par notre contexte de vie. Nous avions tant de choses à apprendre dans le premier cycle (0 - 29,5 ans) et tant de responsabilités et choses à produire dans le deuxième cycle de Saturne... À 56 ans, ce potentiel que nous avions un peu "mis de côté", revient sur le devant de la scène. On ressent alors naturellement le besoin d'exprimer "une nouvelle facette de soi". Et pour faire cela, l'on a besoin, en premier lieu, de s'autoriser une plus grande liberté personnelle. "Non ! Je ne suis pas que ceci, ou que cela. J'ai d'autres cordes à mon arc, d'autres choses que je suis capable de faire".

Donc avec Uranus, la personne commence à ressentir qu'il y a autre chose derrière les années de production et de responsabilités du 2e cycle de Saturne. Thérèse Casati résume bien cela lorsqu'elle dit : "La personne accède à une nouvelle vision du sens de la vie". On pourrait ajouter : " ...du sens de SA vie", car elle commence souvent à rechercher une nouvelle fonction, un nouveau rôle au sein de la société. Ainsi à cet âge, l'on peut décider de reprendre des passions que l'on avait mis de côté, plus tôt dans sa vie. Ou bien de s'ouvrir à de nouveaux champs d'expression. Cela passe souvent par la création de nouvelles relations, plus dynamiques, originales... Parfois aussi par la reprise d'études, ou par le suivi d'une formation. Une formation qui ouvrira de nouvelles possibilités, quelques années plus tard, dans le 3e cycle de Saturne. Il y a également dans ce transit d'Uranus le besoin d'échanger avec des groupes, notamment sur un plan intellectuel. Donc on l'a vu cela peut consister à intégrer un groupe de formation, une association, un collectif, mais cela peut aussi donner à la personne le besoin de transmettre son expérience, ou une connaissance en particulier, aux autres (Uranus en trigone conjugue en effet l'expression personnelle et l'altruisme).

Retour

Le troisième cycle de Saturne :

59 ans et demi - 88 ans

Le troisième cycle de Saturne débute lorsque Saturne repasse pour la deuxième fois sur sa position natale (deuxième retour de Saturne). Il faut se rappeler une chose pourtant assez évidente ici, le 3e cycle de Saturne est le dernier d'une vie humaine complète. Il n'y en a pas d'autres après. Donc le troisième cycle de Saturne doit être en quelques sortes, l'aboutissement, le couronnement des 2 premiers cycle. Dans la Grèce antique, le 3e cycle de Saturne était considéré comme le cycle de la sagesse. Certaines fonctions au sein de la cité, notamment politiques et philosophiques, étaient d'ailleurs réservées aux personnes faisant parti de ce troisième cycle. L'on considérait qu'il fallait d'abord avoir suffisamment vécu soi-même, avant de pouvoir incarner certaines fonctions... Fort est de constater qu'hélas, nos sociétés modernes, en proie à la tyrannie du jeunisme, ont perdu de vue ces notions pourtant évidentes de sagesse. Il y a encore souvent beaucoup trop d'ego dans les 1er et 2e cycle de Saturne pour que les personnes puissent juger sereinement de certaines choses. Et c'est seulement à partir du 3e cycle de Saturne que l'on peut véritablement porter sur la vie un regard objectif. Donc le troisième cycle de Saturne, couronnement des deux premiers, ne devrait certainement pas être assimilé à la simple retraite, puis à la carte vermeil et aux parties de Scrabble, au contraire, c'est probablement le cycle le plus important des trois.

À mon sens, si nos sociétés actuelles sont dans cet état de délabrement et de déclin (intellectuel, philosophique, spirituel, éducatif...) c'est en grande partie du fait que le 3e cycle de Saturne est actuellement largement sous-estimé et sous-valorisé. J'insiste sur ce point, car il est essentiel, lors de vos consultations, que vous puissiez permettre à vos consultants de bien prendre conscience de l'importance de cette troisième période de vie. Beaucoup de difficultés et de problèmes, dans le 3e cycle, viennent du fait que les personnes non pas su suffisamment donner de sens à cette période de leur vie. Elles ne se sont pas suffisamment fixé d'objectifs, de challenges, et donc leur énergie, qui devrait continuer à s'élever, notamment spirituellement, au contraire, s'affaiblit, se recroqueville. Et les terres libérées par cette énergie en repli, sont rapidement investies par toutes sortes de problèmes : Relationnels, matériels, problèmes de santé...

Alors que dans le 2e cycle de Saturne on trouvait une priorité accordée aux verbes "faire" et "avoir", à partir du 2e retour de Saturne, les énergies et les enjeux changent. "Faire" et "avoir" cèdent progressivement leurs places au verbe "être". Les enfants sont devenus des adultes, la carrière professionnelle se trouve à présent en grande partie derrière soi... Donc les priorités changent. La question devient davantage : "Qui suis-je donc devenu ? Comment est-ce que tous ces événements, dans ma vie, m'ont transformé ? Et comment la personne que je suis devenue peut-elle aujourd’hui aider les autres ? Être utile aux autres ?". On pourrait donc résumer l'enjeu du 3e cycle de Saturne par cette phrase "Développement de la sagesse intérieure et partage de l'expérience de vie avec autrui". Vous voyez qu'il y a un double mouvement dans cet enjeu. Un mouvement vers l'extérieur : "partage de l'expérience de vie avec autrui", et un mouvement vers l'intérieur "développement de ma sagesse intérieure". On retrouve ici le sigle des Poissons, signe de spiritualité : les 2 poissons qui nagent en sens opposé, dans un mouvement pourtant complémentaire. Donc dans le 3e cycle de Saturne, la personne doit interagir avec les autres à partir de son "être". Et en faisant cela, elle va développer encore sa propre sagesse intérieure. C'est un cercle vertueux. Un cercle qui contribue à élever la fréquence vibratoire de la personne vers toujours plus de spiritualité. Vous voyez que nous sommes ici bien loin, de la vision traditionnelle de "la retraite".

Retour

59 ans :

Saturne conjoint Saturne

Début du 3e siècle de Saturne

Il s'agit à nouveau d'un moment de retour sur soi. Un retour sur soi qui nous permet de réfléchir à la suite à donner à notre parcours de vie. Ce peut être un moment désiré et attendu, ou bien, ce peut être un moment craint et redouté. Parfois, l'on est à l'origine de ce retour sur soi, on le crée en conscience (prise de recul, de retraite, ou de retraite anticipée, ou détachement vis-à-vis de sa carrière) mais parfois (souvent en fait) on le subit... Ou pire, on refuse de le vivre, “on fait l’autruche” comme dit l’expression. C'est-à-dire que l'on s'est habitué depuis des années à vivre et à fonctionner dans le 2e cycle de Saturne. Et peu importe que les choses aient bien fonctionné pour soi ou non, il y a toujours un certain "confort" à rester dans un certain milieu, dans un certain schéma de vie. C'est particulièrement vrai pour les personnes qui se sont énormément investis dans leur carrière ou dans un travail particulièrement prenant, au cours du 2e cycle de Saturne. Ces personnes ne veulent en général pas entendre parler des changements énergétiques, des changements en terme d'enjeux également, qui interviennent à partir des 59 ans. Donc on se dit que “l'on a toujours fonctionné comme ça et qu'il n'y a pas de raison que cela ne continue pas". Et bien si, il y a des raisons justement, et la première d'entre elles c'est l'entrée dans le 3e cycle de Saturne. Donc à partir de 59 ans, il faut progressivement réviser ses positions, revoir ses objectifs de vie, et se repositionner petit à petit par rapport à eux. Cela demande en premier lieu une prise de conscience, et souvent un effort pour lâcher prise. Si au contraire la personne s'obstine à continuer à fonctionner dans le 3e cycle comme elle l'a fait dans le deuxième cycle, alors elle va finir par créer dans sa vie tout un ensemble de problèmes dans divers secteurs : Problèmes relationnels, matériels, financiers, problèmes de santé... Tôt ou tard (et au plus tard, au moment du premier carré de Saturne, à 66 ans) Saturne va rappeler ces personnes à l'ordre. C'est alors brusquement tout un monde qui peut s'écrouler pour la personne, boum ! Et oui, mais elle aurait dû commencer à changer il y a déjà plusieurs années en amont.

Comme à chaque retour de Saturne, on peut, plus ou moins consciemment, avoir tendance à se couper un peu des autres à ce moment-là. C'est aussi un moyen de retrouver un peu de calme et de silence pour pouvoir réfléchir. Les personnes qui se sont habitués depuis longtemps à être très entourées, à être toujours dans l'action, peuvent donc ressentir un léger mal-être, et parfois une sensation de solitude. L'approche de la "soixantaine", d'un point de vue social cette fois, peut aussi évidemment accentuer cette sensation de solitude intérieure. Également, ce deuxième retour de Saturne et l'occasion de faire des choix. Des choix pour orienter le troisième cycle de Saturne qui s'ouvre : " Quels seront mes nouveaux objectifs dans ce 3e cycle de Saturne ?". Cela demande réflexion. Bien sûr, il convient de faire en sorte que ces nouveaux objectifs soient alignés sur le sens du 3e cycle de Saturne, vous vous souvenez ? Ce fameux double mouvement : "Partage de mon expérience de vie avec autrui et développement de ma sagesse intérieure". Les pistes sont aussi à rechercher dans le potentiel de la personne contenu dans son thème astral. Mais ce potentiel doit maintenant être examiné dans l'optique du 3e cycle de Saturne, cycle de partage et de sagesse.

Retour

60 ans :

Jupiter conjoint Jupiter

Le deuxième retour de Saturne à 59 ans, a amené une réflexion et a abouti à la fixation de nouveaux objectifs de vie; dans la foulée, à 60 ans, Jupiter repasse sur sa position natale, amorce un nouveau cycle de croissance et nous apporte, "pile" au bon moment, les nouvelles énergies dont nous avons besoin pour entamer ce chemin. Le ciel est décidément bien fait ! Je suis toujours émerveillé devant la sagesse et la précision de l'horloge cosmique. Donc à 60 ans, voici à nouveau une année Bélier qui va nous permettre d'entrer de plain-pied dans le 3e cycle de Saturne.

Attention toutefois, rappelez-vous toujours que l'action de Jupiter est "potentielle". Si de nouveaux objectifs non pas été bien fixés lors du retour de Saturne, si la personne considère juste l'arrivée à ses 60 ans comme l'approche de la retraite, alors l'influence de Jupiter sera probablement quasiment nulle. Donc pour certaines personnes, 60 ans c'est hélas tout simplement le début de la vieillesse.

Retour

63 ans :

Uranus carré Uranus

Carré décroissant d'Uranus

Je compare souvent le carré décroissant d'Uranus à un électrochoc dans le monde médical (Uranus : l'électricité)... Ses effets dépendent en grande partie de l'état psychologique du "patient" si je puis m'exprimer ainsi. Le carré d'Uranus peut provoquer l'éveil ou le réveil de la personne... Mais si le patient est en état de "mort spirituelle avancée" (ce qui hélas arrive plus fréquemment qu'on ne le croit) alors ce carré ne donnera au mieux que des effets mineurs, souvent d'ailleurs sous la forme de désagréments passagers. Voilà qui est dit !

"Éveil, réveil" voilà des mots qui sont très liés à Uranus. Notre potentiel n'est pas un bloc uniforme, il est constitué d'un assemblage de plusieurs parties et sous-parties. Nous n'exprimons pas toutes ces parties en permanence dans notre vie. Certaines restent en sommeil de longues années, parfois même toute la vie. Le Carré d'Uranus et un moment durant lequel on peut réveiller ces parts de soi que l'on n'avait pas exprimé jusqu'à présent. Cela se passe d'abord en interne, dans la psychologie profonde de la personne, car il faut déjà s'autoriser à exprimer d'autres facettes de soi. C'est ce que Krishnamurti appelle si justement "La première liberté", celle qui va ensuite conditionner toutes les autres. Donc on s'accorde à soi-même cette première liberté, et dans la foulée, comme des dominos, les autres tombent à la suite les unes des autres. On peut donc assister à une véritable explosion de liberté, de créativité et d'originalité chez la personne. Tout ce qu'elle ne s'était pas autorisé à faire jusqu'à présent elle peut aujourd'hui le faire. C'est particulièrement vrai chez les certains artistes, qui vivent alors une sorte de "deuxième printemps" à l'échelle de leur vie. Mais des personnes vont aussi se mettre à voyager, se mettre à peindre avec beaucoup d'ardeur, trouver de nouvelles passions... Cette "éclosion tardive" est le signe que la personne a su "rester en vie" dans son 3e cycle de Saturne. Elle doit être encouragée. De même, comme une fleur qui s'ouvre à nouveau, il peut à ce moment-là de la vie il y avoir de nouvelles rencontres, y compris sentimentales.

En revanche, comme je le disais en préambule, si la personne n'est pas resté connectée à la vie, ce carré d'Uranus risque tout bonnement de lui apporter certains désagréments plus ou moins passagers. Uranus en carré vient en quelques sortes déstabiliser la routine dans laquelle elle s'est glissé. Ce carré est alors perçu par la personne comme autant "d'inopportunes perturbations". Le corps se raidit, se tétanise sous l'influence électrique d'Uranus, certes, mais la vie est déjà partie. C'est alors ce qu'Alexandre Ruperti appelle "La mort uranienne".

Retour

66 ans et demi

Carré croissant de Saturne

Pour bien comprendre ce carré croissant de Saturne, reprenons rapidement la chronologie du 3e cycle. À 59 ans, le retour de Saturne a permis de revenir sur soi et de se fixer de nouveaux objectifs. A 60 ans, Jupiter a apporté de nouvelles énergies pour prendre un nouveau départ. A 63 ans, le Carré d'Uranus réveille en nous certains potentiels oubliés... A présent, à 66 ans, avec le carré croissant de Saturne nous sommes prêts à "prendre des responsabilités en relation avec ce qui a commencé au début du 3e cycle, c'est-à-dire des responsabilités au niveau collectif ou spirituel" (T. Casati). Donc il peut s'agir de s'engager au sein d'associations (très diverses), de groupes, de clubs, de partis pourquoi pas, et ce justement afin de pouvoir à la fois " partager son expérience de vie avec autrui et développer en retour sa sagesse intérieure". Cela nous ramène donc au sens et à l'enjeu du 3e cycle de Saturne.

Souvent la découverte à 63 ans de nouvelles envies et de nouveaux potentiels créé la nécessité d'une nouvelle organisation dans notre vie. On se "structure" donc pour pouvoir vivre et exprimer pleinement, ce que l'on a découvert entre 60 et 66 ans. Cette restructuration nécessaire de la vie à 66 ans est bien sûr plus ou moins facile à vivre (cela reste un carré, donc une période de "crise"). Elle est plus facile à vivre si la personne accompagne ce processus en conscience, et en comprenant le sens. Elle est plus difficile à vivre si la personne ne perçoit pas la nécessité de cette réorganisation, et elle aura alors davantage l'impression de la subir.

Il faut également se rappeler que le premier carré de Saturne correspond à la constitution d'un "socle", d’un “ancrage” pour la suite du cycle (phase Cancer, c'était l'âge de raison dans le premier cycle). Et c'est donc, à partir de ce socle, que la personne va ensuite pouvoir s'exprimer au maximum dans le troisième cycle de Saturne.

Le carré croissant de Saturne, dans sa phase Cancer donc, peut aussi indiquer quelque chose en rapport avec la transmission d'un "patrimoine" aux générations suivantes. Bien sûr, on pense ici immédiatement à un patrimoine immobilier, comme transmettre une maison de famille à ses enfants par exemple, mais il ne faut pas s'arrêter à cette unique possibilité. En effet, à cet âge, l'on peut devenir grand-parent, et ressentir le besoin de transmettre quelque chose à ses petits-enfants. Donc "l'ancrage" symbolisé par le carré croissant de Saturne dans le 3e cycle, peut aussi correspondre à un ancrage en tant que grand-parent. C’est alors la possibilité d'accueillir et de prendre soin de ses petits-enfants tout en leur faisant passer quelque chose qui provient de leurs aïeux. C'est là une belle et saine vision de Saturne dans sa phase Cancer.

En revanche, si la personne n'est pas resté connectée à la vie, le premier carré de Saturne, dans sa phase Cancer, peut montrer une sédentarisation progressive à la fois physique et psychologique. On reste davantage chez soi, dans sa coquille, on se replie, on commence à ressasser le passé, c'est alors ce que Ruperti appelle "La mort dans l'automatisme". Une forme de sclérose saturnienne qui s'installe.

Retour

72 ans :

Jupiter conjoint Jupiter

À 72 ans, Jupiter repasse sur sa position natale et nous apporte de nouvelles énergies pour poursuivre notre croissance. Ce peut être l'occasion de nouveaux projets, de voyages. C'est souvent une phase assez "généreuse" et épicurienne, une phase durant laquelle l'on a la fois envie (et la possibilité) de donner aux autres et de profiter de la vie.

Retour

74 ans :

Saturne opposé Saturne

Saturne se trouve alors en face de sa position natale, les 2 planètes semblent donc se regarder dans cette phase Balance. On porte alors un regard objectif sur soi et sur son parcours de vie. C'est pourquoi il s'agit souvent d'une période de bilan. On commence également à se détacher de ce parcours. Jusqu'à présent il y avait si vous voulez une corrélation très forte entre le parcours et la personne : "La personne était son parcours et le parcours était la personne". À partir de 74 ans, l'on commence à prendre conscience que ces deux notions sont en fait distinctes. Donc on se détache intérieurement de son parcours, on se détache de ses actes et des événements qui ont jalonné notre vie. On comprend que l'on est "plus" que son parcours, et que ce "plus" n'a pas fini son chemin. Donc il y a un recul sur soi qui peut être pris à ce moment-là, une “distanciation”. Et c'est pour cela que cette phase est potentiellement une phase d’importante élévation spirituelle. On a l'opportunité à ce moment là, d'acquérir cette sagesse et cette paix, que l'on a si souvent cherchées au cours de la vie et qui proviennent d'un certain lâcher prise sur les choses.

À 74 ans, il peut aussi y avoir, hélas, la perte de certains êtres chers autour de soi : Amis de la même génération, conjoint, frère et sœur... Ces épreuves impliquent souvent une sensation de solitude intérieure (saturne dans sa phase Balance) et contribuent au fait de porter sur nous-même et sur notre parcours un nouveau regard. " Et moi, où en suis-je moi-même ? Qu'ai-je fait de ma vie ?". Deux voies s'ouvrent alors devant nous : La première est celle qui consiste, plus ou moins consciemment, à refuser d'avancer et à rester accroché au passé. C'est un peu comme une personne qui s'efforcerait de marcher à reculons sur un tapis roulant... La peur et les souvenirs se mêlent et deviennent alors omniprésents. C'est une voie de rétraction de l'âme.

L'autre voie, infiniment plus spirituelle, passe au contraire par un lâcher prise bienveillant à la fois vis à vis de soi et de ce qui est autour de soi. Il y a alors une sagesse et une sérénité, que l'on ne connaissait pas, qui monte. Et celle-ci peut être transmise, “par l'exemple”, aux autres (sens du 3e cycle de Saturne + saturne en phase Balance).

Donc 74 ans peut être le point de culmination, le sommet, l'aboutissement de tout le travail accompli depuis l'âge de 59 ans (deuxième retour de Saturne) mais il peut aussi, hélas, représenter le début d’un recroquevillement sur soi, sur son passé et sur ses peurs.

Retour

81 ans :

Saturne carré Saturne

Carré décroissant de Saturne

Il faut se rappeler que le carré décroissant dans le premier cycle de Saturne (22 ans) correspondait à la prise d'autonomie du jeune adulte. Ici, à 81 ans, il est souvent à nouveau question d'autonomie. Il ne s'agit plus de d'acquérir son autonomie, mais d'organiser ou de réorganiser sa vie pour pouvoir conserver le plus longtemps possible celle-ci. Parfois, cela passe par la nécessité se faire aider dans certaines tâches du quotidien devenues plus difficiles. Parfois, c'est la nécessité de quitter son logement pour un autre, un autre dans lequel la personne trouvera davantage d'aides et des services qui vont lui permettre justement de préserver une certaine autonomie.

Dans cette phase "capricornienne" de Saturne (l'équivalent de Saturne en maison 10), on retrouve également l'analogie avec le cycle végétal : C'est la phase du fruit mûr, le fruit mûr qui commence à se détacher de l'arbre. Donc c'est le début d'un détachement progressif de l'âme. L'âme qui se prépare à vivre autre chose.

Retour

82 ans et demi :

Neptune opposé Neptune

À la suite du carré décroissant de Saturne (81 ans) l'opposition de Neptune vient clairement intensifier cette phase de détachement de soi et ouvre ainsi la porte à une potentielle élévation spirituelle. On observe aussi régulièrement un détachement vis-à-vis de tout ce qui concerne la vie matérielle, les biens, les possessions.

Sur un autre plan, dans un aspect plus difficile, Neptune opposé Neptune, peut indiquer une perte de certaines facultés de raisonnement, une perte de lucidité, des phases de confusion. Donc cela nous ramène sur les questions d'autonomie évoquées précédemment avec le carré décroissant de Saturne.

Retour

84 ans :

Uranus conjoint Uranus

Certains auteurs traditionnels indiquaient que 84 ans correspondait, ni plus ni moins, qu'à la fin de la vie. Uranus donnant l'étincelle de vie au moment de la naissance (Uranus, électricité), elle l'a reprenait au moment de son retour, à 84 ans. Bien entendu, cet âge ne correspond pas systématiquement à la fin de la vie terrestre, et heureusement !... Mais après 84 ans, Uranus a t-elle effectivement repris son étincelle ? Bien difficile à dire. Les contre-exemples sont toutefois de plus en plus nombreux dans le monde d'aujourd'hui. À l'heure où je vous parle par exemple, Clint Eastwood est âgé de 90 ans et il vient tout juste de réaliser l'un de ses plus beaux films (La Mule)... Pourquoi Uranus, lors de son retour sur sa position natale, ne nous apporterait pas une seconde étincelle ? Un second souffle ? À mon sens, ceux qui auront su rester "branchés à la vie", connaîtront bien cette deuxième étincelle de vie et de créativité à 84 ans.

Retour

88 ans et demi :

Saturne conjoint Saturne

3e retour de Saturne

Comme tout à l'heure avec le retour d'Uranus (84 ans) nous sommes ici dans des âges où la mort peut survenir à tout moment. À 88 ans, l'on s'est en quelques sortes forcément un peu habitué à la présence et à la proximité de la mort. Il peut donc étrangement y avoir un sentiment de grande liberté individuelle. C'est la liberté qu'offre le fait d'être au-delà de la peur et au-delà de la matérialité.

Plus rarement, le 3e retour de Saturne peut aussi correspondre à une forme de consécration pour certaines personnes. C'est la consécration d'un parcours de vie, l'hommage rendu pour l'ensemble des œuvres laissées à la postérité. On trouve cela notamment dans la vie de certains artistes qui ont marqué leur domaine. 

Retour


La Lunaison Progressée


Qu’est-ce qu’une "Progression" :

Les directions secondaires, plus communément appelées “Progressions”, consistent à faire avancer (“progresser”) les planètes sur le Zodiaque, selon l'analogie suivante : 1 jour = 1 an.

Ainsi par exemple le soleil avance chaque jour d'environ 1°, il avancera donc en progression d'1° par an. La Lune est plus rapide, elle avance d'environ 13° chaque jour, donc par progression, elle avancera de 13 degrés par an, soit un peu plus d'1° par mois.

Différence avec les Transits :

Il existe trois différences principales entre les Progressions et les Transits.

Premièrement, contrairement aux transits, les progressions non pas de réalité astronomique. Une planète progressée en 3° du Capricorne par exemple ne s'y trouve pas réellement dans le ciel. Les progressions ont donc plus une valeur "symbolique", "analogique".


Deuxièmement, les Progressions ne doivent pas être interprétées de la même manière que les transits planétaires. Un transit, en simplifiant, est plutôt quelque chose qui vient de l'extérieur et qui a un impact sur notre intérieur. Au contraire, une Progression correspond davantage à une phase clé de notre plan de développement intérieur. Les progressions sont donc moins “événementielles” que les transits, elles ont une dimension plus psychologique, plus intérieure, plus profonde aussi.

La troisième différence est davantage une différence entre les Progressions et l'Âge Planétaire. Dans L'âge planétaire, les transits des planètes lentes nous touchent tous, à peu près aux mêmes âges. Au contraire, les Progressions, et notamment la Lunaison Progressée, mettent en avant des âges et des périodes de vie qui sont spécifiques à chacun d'entre nous. Au même âge, Pierre et Paul vivront certes la même opposition natale de Saturne (âge planétaire) dans leurs transits, mais ils ne vivront pas la même phase de leur cycle de Lunaison Progressée.


La Lunaison Progressée astronomiquement parlant :

On appelle "Lunaison progressée" le cycle progressé de la phase soli-lunaire natale.

“Oups” ?... Quelques notions d'astronomie s'imposent...

Partons d'une Nouvelle Lune classique : Lune conjoint soleil

A partir de ce moment, la Lune, astre rapide, va mettre 27 jours 7 heures et 43 minutes pour faire le tour du Zodiaque (cela correspond à une révolution sidérale complète).

Mais pendant ce temps, le Soleil aura lui aussi avancé; et il aura avancé de près de 30 degrés (environ 1 degré par jour, car il parcourt 360 degrés en 365 jours).

La Lune va donc mettre quelques jours supplémentaires pour “rattraper” le Soleil et ainsi provoquer, à nouveau, une phase de Nouvelle Lune. Voilà pourquoi le cycle complet d'une Lunaison (d'une Nouvelle Lune à la suivante) dure non pas 27 jours mais 29 jours et demi.

Maintenant transposons cela dans les Progressions selon l’analogie que vous connaissez soit 1 jour = 1 an. Et bien c'est exactement la même chose, sauf que cette fois, le cycle complet de la Lunaison Progressée ne durera plus 29 jours et demi mais 29 ans et demi. Simple non ?

Au cours de ce cycle de 29 ans et demi, nous retrouvons donc, “au ralenti”, toutes les phases du cycle classique de la lunaison (29,5 jours), de la Nouvelle Lune à la Nouvelle Lune suivante en passant par les croissants, les quartiers et la Pleine Lune.

Donc vous voyez, nous avons ici une sensation de quelque chose qui monte (de la nouvelle lune à la pleine lune) et qui descend (de la pleine lune à la nouvelle lune suivante), lentement, un peu comme l'influence de la Lune sur les marées océaniques… Gardons cette image en tête.


Expliquer la Lunaison au consultant :

Voici à présent comment, à partir de là, j'explique la Lunaison Progressée en quelques phrases à mes consultants :

"La Lunaison Progressée est un grand cycle de 29 ans et demi qui sous-tend notre incarnation à la manière d'un biorythme. Vous pouvez vous la représenter à la manière d'une vague qui monte et qui descend au cours de votre vie sur une fréquence de 29 ans et demi. Sur ce cycle, l’on trouve des phases "basses" qui sont autant d’opportunités de nouveaux départs, et des phases "hautes" qui correspondent à des points de culmination, des aboutissements. Entre ces deux extrémités, il y a les milieux des marées montantes et des marées descendantes (phases de carrés); ces milieux correspondent à des phases d'action, de crise ou de réorientation."

Voilà, ce n'est qu'un exemple. Vous pouvez bien sûr vous en inspirer mais je vous encourage aussi à trouver vos propres mots pour décrire le cycle de la Lunaison Progressée. Rappelez-vous, en consultation, vos mots seront toujours les meilleurs, car vous serez en phase avec eux lorsque vous les prononcerez.


Les 8 phases de la lunaison progressée :

Nous l’avons vu précédemment, le cycle de la Lunaison Progressée est traditionnellement divisé en 8 phases.

La nouvelle Lune (conjonction)

Le nouveau croissant (semi-carré croissant)

Le premier quartier (carré croissant)

La lune dite "gibbeuse" (sesqui-carré croissant)

La pleine Lune (opposition)

La Lune disséminante (sesqui-carré décroissant)

Le dernier quartier (carré décroissant)

Le vieux croissant (semi-carré décroissant)

... Et à nouveau, une nouvelle lune.

Nous verrons que cette division possède tout son sens et son utilité, mais nous verrons également qu'il convient d'interpréter les différentes phases de la Lunaison avec une certaine souplesse et, oserais-je dire, avec une certaine créativité. Après tout, cette division en 8 phases n’est qu’une division “humaine” donc forcément un peu “arbitraire”.

Chaque phase dure en moyenne 3 ans 3/4.

Dans la pratique, une phase commence souvent ( mais pas toujours) a être ressentie près d'1 an avant le début “officiel” de la phase.

Donc on peut dire que chaque phase commence environ 1 an avant le moment exact de la phase et se poursuit près de 2 ans 3/4 après.

Pour déterminer le début “officiel” de chaque phase, je vous conseille vivement d'utiliser un logiciel astrologique professionnel ou semi-professionnel. Je vous conseille notamment : Astrocycle 3 (gratuit) et la gamme Infociel d’Auréas, notamment : Infociel recherche de dates qui vous sera aussi très utile pour étudier les transits planétaires annuels. Personnellement, je me sers des deux pour mes études.

Retour

1/ La Nouvelle Lune Progressée :

Lune progressée conjoint soleil progressé

Phase de type Bélier


La nouvelle lune progressée correspond à la plantation d'une nouvelle graine dans la vie de la personne. C'est le début d'un nouveau cycle de croissance qui va durer 29 ans et demi.

La personne vivant une nouvelle lune progressée est tout simplement en train de changer de tranche de vie. Ni plus ni moins. Cependant, il s'agit d'une phase souvent difficile à interpréter pour l'Astrologue, car elle peut prendre des formes très diverses en fonction des personnes et des situations.

Le plus souvent, la personne vivant cette phase va ressentir un puissant désir de passer à autre chose et de prendre un nouveau départ dans sa vie. Mais ce désir de vivre une autre vie est encore très confus. C'est pourquoi Thérèse Casati parle d'une "aspiration confuse à de nouveaux buts". Parfois aussi, ce moment de nouveau départ est rendu difficile (il est donc parfois différé) par un attachement plus ou moins conscient à des éléments appartenant encore au cycle de lunaison précédent (habitudes tenaces, fausses croyances à son propos, dépendances diverses, deuils réels ou symboliques incomplètement dépassés etc…)

Mais revenons sur l’expression “Aspiration confuse pour un nouveau départ”, le mot-clé ici est "confuse". Comme la graine, qui contient dans un tout petit volume toutes les phases successives de son futur développement, la nouvelle lune progressée contient en elle toutes les phases de son cycle de lunaison à venir. Donc beaucoup de choses se trouvent emmêlées à ce moment-là de la vie, enchevêtrées, imbriquées les unes dans les autres. Et ceci explique cette sensation, à la fois inévitable de confusion.

Parfois, il se produit un événement clairement identifiable qui marque le début de ce nouveau cycle. Ce peut être une rencontre déterminante, ou au contraire une séparation, ce peut être la création d'une société, le début d'une passion ou d’un nouvel intérêt, un déménagement, une naissance...

Mais c'est loin d'être toujours le cas ! En fait, au-delà de cette aspiration encore confuse pour un nouveau départ, il ne se passe pas forcément quelque chose de bien identifiable à ce moment de la vie. Mais n'est-ce pas normal après tout ? En effet, lorsque l'on plante une graine en terre, ce n'est pas vraiment un moment particulièrement "démonstratif" n'est-ce pas ? De même, si l'on repasse le jour suivant la plantation, l'on constate qu'il ne s'est pas passé grand-chose de bien visible non plus...

Donc pour résumer, oui, parfois ce nouveau départ est clairement marqué, comme avec un panneau indicateur "Ceci est votre nouveau départ", mais le plus souvent, il s'agit en fait d'une phase plutôt silencieuse plutôt "souterraine" (plantation).

On peut également décomposer cette phase en trois sous-parties. L'année avant le moment exact de la phase est souvent une année où l'on commence à ressentir de nouvelles aspirations, un besoin de renouveau. Ensuite, deuxième partie de la phase, on commence à prendre conscience que l'on aspire, en effet, à autre chose et on se détache progressivement du cycle finissant. Enfin troisième partie, on cherche et on expérimente une ou plusieurs voies de renouveau.

Quels conseils peut-on apporter à une personne dans cette phase ?

Déjà, je pense qu'il faut lui permettre de bien comprendre qu'elle est en train de changer de tranche de vie. Et que ce changement, n'est pas un simple "basculement", mais davantage “un processus”. Un processus qui va s'étaler sur plusieurs années (donc un peu plus de 3 ans, vous le savez maintenant).

On peut aussi lui expliquer qu'une nouvelle page blanche est en train de s'ouvrir devant elle. Et qu'elle sera amenée à devenir "une autre personne" dans ce nouveau cycle qui débute. Dire cela, doit déjà aider la personne non seulement à se détacher progressivement du cycle précédent mais aussi à se montrer patiente.

Autre chose, il faut expliquer à la personne que la confusion qu'elle ressent est “normale”. La confusion est normale et je dirais même "souhaitable" et "nécessaire". Je vous rappelle qu'il ne s'agit pas d'un "basculement" mais d'un "processus de transformation". Donc le deuxième conseil que l'on peut donner à la personne vivant une phase de Nouvelle Lune progressée, c'est de ne pas céder à la panique, de ne pas céder à une sensation d'urgence... L'urgence de "vite trouver autre chose". Non... Ici, vitesse = précipitation = erreur. Il faut au contraire que la personne se donne du temps. Du temps pour réfléchir et pour expérimenter de nouvelles voies, de nouvelles possibilités, de nouvelles potentialités. Et ce, sans forcément se déterminer tout de suite, sans se limiter non plus forcément à une seule et unique voie.

Donc la nouvelle lune progressée est un moment de nouveau départ, certes, mais ce n'est pas forcément un moment où l'on fait des choix. C'est plutôt un moment où l'on doit faire preuve d'ouverture et d'expérimentation. Les choix se feront d'eux-mêmes, un peu plus tard dans le processus. Ils n’en seront que plus justes.

Attitude juste dans cette phase :

Ouverture, humilité, s’autoriser à explorer de nouvelles possibilités

Retour

2/ Phase du nouveau croissant

Semi carré croissant

Lune progressée à 45 degrés en avant du soleil progressé

Phase de type : Gémeaux


Il s'agit de ce que l'on appelle en Astrologie "la phase d'émergence". Je m'explique... Depuis la plantation de la graine au moment de la nouvelle lune, celle-ci a commencé par germer sous la terre. Nous avons vu qu'il y avait alors une recherche de nouvelles voies possibles, de nouvelles potentialités. Entre la Nouvelle Lune et le premier croissant, cette recherche s'est progressivement affinée. Au moment du semi-carré croissant, la graine, devenue petite pousse, commence à percer la surface du sol : C'est l'émergence. Donc quelque chose, qui a débuté environ 3 ans plus tôt, est en train de "percer" et de "prendre forme". Par exemple, ce qui n'était encore qu'un projet devient soudainement réalité, ce qui était en gestation s'incarne, se matérialise, se révèle au monde également. S'il y avait plusieurs possibilités jusqu'à présent, en parallèle, le choix se porte maintenant sur l'une en particulier. Autre exemple, si une formation avait débuté au moment de la nouvelle lune, elle donne ses premiers fruits au moment du semi-carré, la personne commence à mettre en œuvre de manière autonome ce qu'elle a appris. Vous voyez ?

Donc le semi carré est un moment où l'impulsion, donnée lors de la nouvelle Lune, commence à se matérialiser.

Il faut également bien se représenter cette petite pousse sortant de terre : elle a l'enthousiasme de la jeunesse certes, mais elle est encore tout fragile, elle n'a pas de racines, elle a peu de moyens d'affirmation.

Donc cela reste un moment critique. C'est un moment où nos projets rencontrent pour la première fois la réalité. Parfois cela se passe très facilement, mais bien souvent c'est une période où l'on peut être blessé. La petite pousse doit faire face à un environnement inconnu : Du froid, du vent, de la pluie, des risques de piétinement, quelques petits insectes aussi qui se feraient certainement un régal de ses feuilles tendres... Bref, l'extérieur n'est pas aussi facile à vivre que cela ! Donc il faut du courage. C'est pour cela que le semi carré doit être un temps de mobilisation des énergies. On doit mobiliser nos énergies et toutes les orienter vers notre croissance et notre développement. Sinon, l'extérieur peut prendre le dessus sur nous, sur notre projet. C'est alors la tentation de l'abandon, le risque d'un découragement. Au contraire donc, il faut parfois "ne pas trop penser", et se concentrer sur l'action avant tout. Une voie a été choisie, il faut maintenant lui donner toutes ses chances pour qu'elle se réalise. Souvent donc, dans cette phase, les obstacles viennent de l'extérieur. Ce sont des obstacles matériels, en tout cas bien tangibles et identifiables. L'idée, et de parvenir "à faire sa place" dans ce monde de surface. Il faut parfois jouer des coudes pour s'imposer. Il y a parfois la découverte d'autres personnes, qui font la même chose que nous, et qui étaient là avant nous... Et alors ? Ce n'est pas le moment de flancher, il faut y aller coûte que coûte, oser, et montrer ce dont on est capable.

Donc si je devais diviser cette phase en trois parties, je dirais que la première partie correspond à l'émergence proprement dite : Quelque chose se matérialise. 2e partie, c'est la rencontre avec l'extérieur, le doute, les éventuelles blessures, et la nécessité de s'adapter. 3e partie, elle dépend largement de ce qui aura été fait lors de la deuxième partie. Si l'on a baissé les bras devant l'adversité, alors le projet avorte, et il faut repartir dans une phase souterraine à la recherche d'une autre voie...On prend alors certainement un peu de retard dans le cycle. Si au contraire, on a su s'adapter et persévérer, alors de nouvelles opportunités de croissance et de développement viennent naturellement au devant de la personne. La personne a en quelque sorte montrer sa force et sa détermination. Elle a dit en quelques sortes à l'extérieur : "Il faudra faire avec moi maintenant". Et de là, des mains se tendent spontanément vers elle, elle trouve des alliés, des partenaires.

Donc pour résumer, le semi carré est une phase d'émergence et de concrétisation durant laquelle il convient de mobiliser ses énergies, pour “oser” et faire grandir ses projets.

Attitude juste dans cette phase :

Affirmation, audace, esprit d’entreprise, mobilisation des énergies

Retour

3/ Phase du premier quartier

Carré croissant

Lune progressée à 90 degrés en avant du soleil progressé

Phase de type Cancer


Comme tous les carrés, il s'agit d'une phase de crise. Mais puisque nous sommes dans la phase ascendante du cycle (première hémisphère : la Lune est croissante), il s'agit avant tout d'une crise dans l'action. Souvent, les personnes qui sont dans cette phase ont "le nez dans le guidon" comme l'on dit, elles sont tendues vers un but à atteindre et il y a beaucoup de travail dans leur vie. Quand un consultant vient vous voir dans cette phase, c'est souvent pour l'aider à prendre une décision, l'aider à faire un choix entre différentes options qui s'ouvrent à lui. Il va donc attendre de vous des conseils pratiques et assez concrets pour l'aider à avancer. Encore une fois, le plus souvent, il ne s'agit pas tant d'une phase de recherche spirituelle mais plutôt d'une phase d'action. Donc il est important pour vous, en tant qu'astrologue, de bien vous "harmoniser" avec les différentes énergies des phases de la lunaison progresser, car sinon vous risquez de passer au travers des attentes de votre consultant. Par exemple, l'une des problématiques de cette phase, est souvent le fait que le consultant se retrouve tellement impliqué dans la construction d'un projet qu'il a du mal à prendre du recul et à avoir une vision objective de son parcours. Donc on peut lui conseiller par exemple de se ménager des plages de calme et de silence, pour justement pouvoir avoir une forme de "respiration quotidienne" : Quelques minutes de marche, de yoga ou de méditation par exemple. En fonction des cas, on peut aussi lui conseiller de veiller à baisser quelque peu "le volume sonore de sa vie" : Trop de pensées et d'action mêlées peuvent parfois avoir un effet anti-productif. Voilà ce ne sont que quelques exemples mais cela permet (j'espère !) de mieux comprendre l'énergie de cette phase.

On trouve également dans cette phase le besoin de "trancher" avec certaines choses. Cela correspond d'ailleurs assez bien avec l'image de cette lune dans le ciel, au moment du premier quartier, une lune "coupée en deux" par un trait vertical. Mais que faut-il donc trancher ? En fait, il s'agit de trancher ce que j'appelle des "filaments du passé". Il s'agit d'une image bien sûr, mais vous pouvez vous représenter des sortes de filaments qui s'accrochent encore à la lune comme pour la retenir en arrière. Si l'on garde l'analogie végétale, on peut imaginer que la petite pousse se développant à la surface, se trouve encore comme empêtrée par des filaments végétaux qui étaient là avant elle. Ces filaments freinent sa croissance. Et il y a donc la nécessité, à un moment donné, de les trancher. Comment est-ce que cela se traduit concrètement ? Les cas sont nombreux et divers... Parfois, il s'agit de structures de vie que l'on a conservées, par attachement et malgré notre changement de cycle au moment de la nouvelle lune progressée. D'autres fois, il s'agit d'anciennes relations, que l'on a elles aussi conservées, par attachement réel ou par manque de courage pour s'en débarrasser. Enfin il peut aussi s'agir de structures plus psychologiques, comme des schéma intérieurs, des habitudes ou toutes sortes de dépendances... Jusqu'au moment du carré croissant, ces anciennes structures ne nous gênaient pas trop. En fait, nous avions d'autres priorités, car il fallait construire un nouveau projet. Mais au moment du carré croissant, l'on prend souvent conscience que si l'on conserve plus avant ces structures elles vont nous entraver de plus en plus. Donc l'on sent que l'on est amené à prendre une décision, à trancher quelque chose. Et il y a une certaine pression qui monte de plus en plus dans la vie à mesure que l'on s'approche du carré croissant. On ressent cette pression souvent un an avant le moment exact de la phase. Et c'est d'ailleurs souvent au moment exact du carré croissant que l'on est amené à prendre une décision importante dans sa vie. C'est quasiment toujours une décision qui consiste à trancher quelque chose, à faire un choix, et un choix en lien avec l'action. C'est pour cela qu'il s'agit d'une crise dans l'action.

Donc ici en tant qu'astrologue, il faut déjà permettre à la personne de bien comprendre les enjeux de cette phase. D'identifier ce qu'elle a déjà accompli depuis la phase de la nouvelle lune progressée, et d'identifier aussi, ce qui, dans sa vie, risque de la freiner, voire de la bloquer, si elle ne prend pas, à un moment donné, une décision. Parfois il y a un refus de cette prise de conscience, car la personne reste en partie dépendante psychologiquement d'un passé. Mais il faut l'encourager à couper ces liens, notamment en lui montrant, la libération que cela va lui procurer sur le moyen terme. Également en lui montrant comment cela va pouvoir favoriser son développement futur.

On trouve aussi régulièrement de la peur dans cette phase. La peur de n'être pas suffisamment fort, justement pour couper ces "filaments" et continuer à avancer par soi-même. Donc là il s'agit de mettre en perspective le parcours déjà accompli, et la perte que cela serait de baisser les bras maintenant...

Enfin, le Carré croissant est aussi "une phase très Cancer" (le premier quart du cycle correspond au 4e signe), donc c'est en coupant ses liens avec le passé, en faisant un choix, en prenant une décision, que la personne va pouvoir se constituer un nouveau socle ainsi que de nouvelles bases plus personnelles. La qualité de ce nouveau socle sera essentiel pour la suite du cycle. Imaginez. Vous voulez construire un bâtiment, le plus élevé possible, vous commencez naturellement par poser des fondations bien solide, par couler une chape en béton. Mais si vous laissez une ancienne racine se glisser dans cette chape, que va-t-il se passer ? Peut-être rien au début, mais à mesure que vous allez bâtir l'édifice, les fondations risqueront de se fissurer. Et finalement, après tous ces efforts, tout l'édifice pourrait s'écrouler. Vous voyez ?

De même dans son expression "Cancer", la phase du carré croissant de la lunaison progressée peut par exemple donner : une décision concernant l'achat d'un bien immobilier, un déménagement dans une nouvelle région, le choix d'un local professionnel, l'immatriculation d'une société etc... Vous voyez, tout cela est rattaché à la symbolique Cancer/Maison 4. Donc là aussi, le rôle de l'astrologue consiste à expliquer au consultant tout l'enjeu de cette phase pour la suite de son cycle de développement.

Attitude juste dans cette phase :

Courage, action, confiance, attitude constructive

Retour

4/ Phase du sesqui-carré croissant :

Lune dite “gibbeuse”

Lune progressée à 135 degrés en avant du soleil progressé

Phase de Type Vierge


Clairement, il s'agit toujours d'une phase où l'action et le travail prédominent (1er hémisphère du cycle). De plus il s'agit symboliquement d'une phase "Lion-Vierge". Donc si l'on a correctement "tranché" ce que l'on devait, lors de la précédente phase du carré croissant, si l'on a également su se bâtir un "socle" solide, alors cette phase du sesqui-carré croissant représente une belle période d'expression, de croissance et de développement (aspect Lion de la phase). Il s'agit également de mieux structurer et organiser son activité (aspect Vierge).

Plus on avance dans cette phase et plus l'on a (ou l'on devrait) avoir une vision claire du but à atteindre. On ressent d'ailleurs souvent, en arrière-fond, l'arrivée prochaine d'une échéance majeure (la phase de pleine lune progressée). Il y a donc une nouvelle forme de pression qui s'installe progressivement dans la vie. Alors que dans la phase d'émergence (semi-carré croissant) tout restait à faire, l'on avait rien à perdre si vous voulez, ici au contraire, on a conscience d'avoir déjà construit quelque chose, et que ce quelque chose en construction doit encore s'améliorer, se perfectionner, pour donner prochainement ses fruits.

On se dit, que tous les efforts que l'on a fait jusqu'à présent ne doivent pas passer à côté de leur cible. Il y a donc un souci de structuration, d'amélioration et de perfectionnement de ce que l'on fait. À mon sens, il y a donc dans cette phase deux grands enjeux. Le premier consiste, après une première étape de développement (Lion), à chercher à s'adapter toujours mieux à son environnement et à son contexte. Il faut donc modifier, corriger, apporter des améliorations à ce que l'on fait, pour le rendre plus performant (Vierge). Cela suppose de développer une certaine objectivité et lucidité vis-à-vis de soi-même, d'être également désireux d'entendre les remarques et les avis d'autrui, mais aussi de développer son sens critique et de l'appliquer à ce que l'on fait.

Il faut donc souvent expliquer aux consultant dans cette phase, que certes, il est déjà parvenu à certains résultats, certaines satisfactions, mais qu'il peut (et doit) encore rechercher un niveau supérieur dans ce qu'il fait. Il faut donc qu'il puisse se mettre en recherche de nouvelles adaptations et améliorations.

Le deuxième enjeu principal de cette phase consiste à surmonter les doutes qui peuvent nous assaillir à ce moment-là de notre vie. Les doutes intérieurs sont quelque chose d'inhérent à toute phase Vierge. Donc ici il convient de faire un rapprochement avec le thème astral pour voir quelle est l'attitude de base du consultant vis-à-vis de ses doutes et de sa confiance en lui. "La peur de ne pas y arriver", par exemple, peut facilement resurgir dans cette phase. Il en va de même pour "la peur d'y arriver", qui est d'ailleurs souvent plus fréquente que la première. La peur d'y arriver... Et de ne pas savoir ensuite "gérer" ce succès. Donc vous voyez, il y a en fait beaucoup d'obstacles "intérieurs" dans cette phase Vierge. L'être est progressivement confronté à une certaine pression car il sent bien qu'une échéance approche (pleine lune à venir), il doit également faire face à des critiques extérieures, souvent justifiées, et des doutes intérieurs, des peurs. Comment va-t-il franchir cette étape décisive ? Il faut souvent lui dire que ce n'est pas le moment de "flancher", pas le moment de "lâcher" quoi que ce soit. Il faut donc souvent faire un travail sur les peurs intérieures, pour les dépasser. Il faut aussi, en fonction des cas, développer la confiance en soi et la capacité à persévérer dans une action. Il faut enfin veiller à faire en sorte que la critique et l'autocritique, surtout dans cette période de vie, aient toujours une visée constructive. Enfin, les adaptations, les modifications, les ajustements qui seront fait dans cette phase, conditionneront en grande partie la qualité de ce qui sera produit durant la phase de pleine lune à venir.

Je dirais pour terminer, que le sesqui-carré croissant n'est pas une phase propice à un changement radical d'orientation. Si il y a cette tentation chez le consultant, il peut être bon de le mettre en garde. Changer complètement de voie à ce moment-là, consiste souvent en réalité à céder au doute et à la peur. De plus, opérer un changement important alors qu'un sommet est en vue, risque fort de compromettre justement l'atteinte de ce sommet.

Attitude juste dans cette phase :

Flexibilité et persévérance. Ne pas perdre de vue son objectif tout en étant près à réviser, à ajuster et à améliorer sa façon de faire.

Retour

5/ Phase de la pleine Lune progressée :

Opposition Lune Soleil

Lune progressée à 180 degrés en avant du soleil progressé

Phase de type : Balance


Il s'agit bien sûr d'une phase importante, car c'est l'aboutissement du premier hémicycle de la lunaison progressée. Ce qui a débuté près de 14 ans auparavant, arrive à présent au maximum de sa croissance. Dans une analogie avec le cycle végétal, la phase de pleine Lune correspond à la phase de floraison. La graine a été plantée pendant la nouvelle Lune, elle a pris racine dans le premier carré, elle fleurit maintenant dans la phase de pleine Lune. J'ai commis un certain nombre d'erreurs dans mes premières consultations notamment en considérant cette phase de "floraison" comme forcément une phase de réalisation et d'accomplissement personnel. Force est de constater que c'est loin d'être toujours le cas ! C'est pourquoi, je préfère largement maintenant utiliser le mot "aboutissement" plutôt que le mot "accomplissement". En effet, y compris dans la nature, il y a mille et une floraisons différentes. Parfois, celle-ci se fait magnifiquement et sous un soleil printanier radieux. Mais parfois aussi, hélas, la floraison n'est pas à la hauteur de nos attentes, la fleur qui s'ouvre n'est pas au meilleur de sa forme, le ciel est gris et humide.

Pourquoi cela ? Pourquoi autant de disparités ?

Et bien à mon sens pour deux raisons principales. Il faut déjà comprendre que la phase de pleine lune progressée, la floraison, est en grande partie conditionnée par la manière avec laquelle nous avons franchi (ou non) les différentes phases précédentes du cycle. La graine a-t-elle été plantée dans un sol préparé et défriché ? A-t-elle su prendre sa place en surface ? La petite pousse a-t-elle su se doter de bonnes racines ? A-t-elle su s'adapter à son environnement ? Vous voyez, tout cela, toutes ces étapes que nous avons étudiées précédemment, conditionnent en partie la qualité de la floraison.

La deuxième raison est disons une raison plus "extérieure". Dans quel contexte de transits cette floraison a-t-elle lieu ? Cela revient en quelques sortes à dire : Sous quel ciel a-t-elle lieu ? On peut en effet avoir magnifiquement franchi toutes les étapes jusqu'à présent, et pourtant, arriver dans la phase de pleine lune dans un ciel hélas chargé de transits difficiles et d’aspects contraires. Dans ce cas aussi, la floraison sera sans doute moins éclatante qu'elle n'aurait pu l'être. Vous voyez ?

Donc la première chose à retenir ici, est que la phase de pleine Lune correspond à l'aboutissement de quelque chose qui a débuté, peu ou prou, 14 ans auparavant. Ensuite, la "qualité" de cet aboutissement n'est pas forcément assurée, elle doit être étudiée en tenant compte du parcours du consultant, de l'avancée dans son âge planétaire, et des transits majeurs en cours.

À présent, lorsque la phase de pleine Lune est un succès, elle correspond effectivement à une phase de réalisation et d'accomplissement personnel. Tous les efforts fournis, les obstacles dépassés, les jalons posés dans les phases précédentes, se combinent et prennent leur sens. Quelque chose s'ouvre au monde, se présente, se révèle et touche autrui. Il faut se rappeler que la pleine lune progressée est une phase d'opposition en terme d'aspect, elle représente ainsi, par analogie avec le 7e signe, une phase très "Balance". Les relations sont donc particulièrement importantes durant cette période. On peut par exemple rencontrer un public, une clientèle, ou bien une notoriété. On peut se marier, créer un foyer, avoir un enfant, ou bien encore devenir propriétaire. Comme la pleine lune est aussi la phase la plus haute du cycle de la lunaison progressée (le sommet de la vague), l'on peut également atteindre un objectif professionnel, accéder à de nouvelles responsabilités, parvenir au statut social que l'on visait.

Lorsque les choses se passent ainsi, progressivement, au cours des 3 ans 3/4 que dure cette phase, l'être va sentir qu'il a atteint un maximum. C'est un peu comme une flèche qui aurait atteint son but. Et après ? Qu'y a t-il après ? Donc progressivement, surtout dans la deuxième partie de cette phase, la personne va sentir qu'une énergie, qu'une motivation, qui l'avait pourtant animée jusqu'ici, est en train de doucement la quitter. Elle peut ressentir un peu de fatigue, un peu de lassitude. Et c'est là le début d'une "distanciation" par rapport aux expériences vécues dans le 1er hémicycle de la lunaison. La personne commence à prendre un peu de recul par rapport à sa situation et à ce qu'elle a accompli depuis environ 15 ans. De cette prise de recul et de cette distanciation, va naître, toujours progressivement, le début d'un bilan personnel : Bilan des succès et des échecs, expérience retirée, leçons apprises... La personne se prépare en fait déjà, intérieurement, à basculer dans le 2e hémicycle de la lunaison. Dans la deuxième partie de cette phase, notamment dans la dernière année, il faut souvent permettre au consultant de comprendre qu'il a atteint un sommet, un maximum, que ce sommet ou ce maximum est peut-être conforme à ses attentes, ou peut-être pas, mais que quoi qu'il en soit, il ne peut pas aller "plus haut" dans cette même direction. Donc, "Non", il aura beau attendre, il n'y aura pas de " nouvelle promotion" dans cette même voie, il n'y aura pas non plus la prolongation d'une croissance dans la continuité de ce qu'il a fait jusqu'à présent... C'est parfois quelque chose d'assez difficile à voir pour le consultant et souvent d'encore plus difficile à admettre. On se dit : "Si cela a bien fonctionné durant toutes ces années, je ne vois pas de raison pour que ça ne continue pas". L'astrologue pourtant en voit une, raison, c'est qu'un sommet a déjà été atteint et se trouve maintenant derrière le consultant. Ensuite, il convient de poursuivre le raisonnement, et d'expliquer au consultant qu'il a bien la possibilité, au-delà de la phase de pleine lune progressée, de continuer son développement, mais que ce développement passe par une autre façon d'envisager la croissance. Pour bien comprendre cela, il faut revenir ici à l'analogie avec le cycle végétal. Une plante, un arbre, lorsqu'il a atteint sa phase de floraison, au printemps, se trouve alors au maximum de sa croissance annuelle. Au-delà, il ne va pas pouvoir "pousser" davantage, il ne “grandira pas plus”. En revanche, il va pouvoir ré-orienter son énergie, non plus vers sa croissance extérieure comme jusqu'à présent, mais progressivement, vers la constitution d'un fruit. Donc tout cela pour dire que le développement se poursuit bien, au-delà de la pleine lune, mais la personne doit à partir de là, changer ses objectifs, ré-orienter ses énergies. Vous voyez ? Et c’est d’ailleurs pour cela qu’il y a souvent un changement important dans la vie des personnes, à la fin de la phase de pleine lune progressée (notamment durant la dernière année de la phase) et également durant la 1re année de la phase suivante, celle du sesqui-carré décroissant.. C'est souvent un temps, où l'on change de travail par exemple, parce que l'on a compris que ce que l'on faisait, et de la manière dont on le faisait, ne pouvait plus nous “nourrir intérieurement” et nous emmener plus haut. Donc l’on se met à la recherche d'autre chose.

"Autre chose", mais quoi ? Nous en saurons davantage en étudiant les phases suivantes.

Maintenant, si pour "x" raisons (nous en avons parlé) la phase de pleine lune progressée ne ressemble pas (et parfois pas du tout !) à une période d'accomplissement et d'épanouissement, quel sens cela a-t-il alors ? Évidemment, si certaines étapes clés de la première partie du cycle ont été imparfaitement franchies, ou bien si la phase de pleine lune coïncide avec des transits majeurs difficiles, on peut raisonnablement s'attendre à ce que la "floraison" soit pour le moins "altérée". Dans ce cas, il y a toujours une phase de distanciation vis-à-vis du 1er hémicycle puis une phase de bilan qui doit s'opérer, mais celles-ci interviennent en général beaucoup plus tôt, souvent dès la première année de la phase de pleine lune progressée (parfois même 1 ans avant). En effet, la prise de conscience d'une floraison à venir disons "décevante" est souvent assez précoce, elle est parfois même anticipée. Donc l'on prend généralement moins de temps pour se détacher de cette première partie du cycle. Il n'en reste pas moins, qu'il y a, comme tout à l'heure, un bilan à réaliser. Un bilan qui permet d'extraire une expérience ainsi que des leçons personnelles. Si l'on ne fait pas ce travail de bilan, même et surtout sur une floraison décevante, l’on risque fort hélas de voir se reproduire certains échecs plus tard dans la vie. Donc en tant qu'Astrologue, quel que soit le type de pleine lune progressée que vous avez à étudier, il faut encourager votre consultant à passer par ce travail de bilan. Et si la phase de pleine lune est décevante, ce bilan peut être fait assez tôt.

Ensuite, il est très important de comprendre que ce milieu du cycle de la lunaison, peut aussi représenter une opportunité de nouveau départ, "une deuxième chance" pour une deuxième tentative si vous voulez. Donc si ce premier hémicycle a abouti à un résultat décevant (car hélas, ce peut aussi être la culmination d'un échec), il y a l'opportunité, au moment de la pleine lune progressée, de repartir sur une phase de graine, c'est-à-dire de re-planter "autre chose" et de partir sur un nouveau projet. Dans ce cas, les choses vont en général beaucoup plus vite que lors de la première tentative. Toutes les phases sont plus "condensées"si vous voulez. On passe ainsi rapidement de la plantation à l'émergence, de l'émergence aux racines, et des racines à une sorte de phase hybride "floraison-fruit" (celle-ci intervenant généralement au moment du carré décroissant soit environ 7 ans plus tard). Donc vous voyez, si la phase de pleine lune progressée de votre consultant est décevante, en tant qu'Astrologue, vous pouvez néanmoins lui permettre de prendre conscience qu'il y a, derrière l'apparence d'un échec, l'opportunité d'un nouveau départ. Pour prendre ce nouveau départ, pour saisir cette deuxième chance, il doit d'abord passer par une phase de bilan puis, rapidement, re-mobiliser ses énergies et les orienter vers un nouveau projet.

Attitude juste dans cette phase :

Distanciation avec la première partie de cycle permettant progressivement la réalisation d’un bilan puis l’extraction d’une expérience.

Retour

6/ Phase du sesqui-carré décroissant :

Lune dite “disséminante”

Lune progressée à 135 degrés en arrière du soleil progressé

Phase de type Sagittaire


A partir de la fin de la pleine lune progressée, la personne bascule dans le 2e hémicycle de la lunaison. Le premier hémicycle de la lunaison était une période durant laquelle notre action était avant tout dirigée vers l'extérieur : Il s'agissait, nous l’avons vu, de construire quelque chose de bien visible dans le monde. Le deuxième hémicycle quant à lui, est plus subtil, la croissance extérieure n'est plus la priorité. L'énergie se tourne progressivement vers l'intérieur (vers la constitution du Fruit), elle extrait de son parcours une expérience, une sagesse, et aspire à une plus grande authenticité dans ses actions et ses rapports avec autrui. Il s'agit également moins d'agir pour soi, que d'agir en lien avec les autres.

Vous avez probablement noté, depuis le début de cette étude, qu'il y avait une sorte d'analogie entre les différentes phases du cycle de la lunaison progressée et certains signes du Zodiaque. Vous pouvez donc légitimement vous poser la question suivante : Pourquoi sommes-nous passés de la phase de pleine lune, phase "Balance", directement à la phase du sesqui-carré décroissant, phase "Sagittaire", sans passer par une phase Scorpion ? Bon, déjà il faut se rappeler qu'il y a 12 signes du Zodiaque mais seulement 8 phases lunaires. Donc forcément, cela fait des mécontents ! Mais il faut se rappeler également que le découpage en 8 phases lunaires n'est qu'un découpage arbitraire. En réalité, les 12 phases (correspondantes aux 12 signes) s'enchaînent bel et bien, cependant, dans la pratique, il est vrai que certaines phases de la lunaison font ressortir davantage l’énergie de tel ou tel signe. Ici par exemple, "la phase Scorpion" existe bien, entre la fin de la phase de pleine lune et le début de la phase du sesqui-carré décroissant. C'est notamment dans cette phase de fin et de transformation, que les personnes changent de travail et se réorientent par exemple. C'est pourquoi, comme je vous le disais en préambule de cette étude, il faut toujours faire preuve non seulement de bon sens, mais aussi de "souplesse" dans l'interprétation de la lunaison progressée.

La phase du sesqui-carré décroissant est donc par nature une phase très Sagittaire. Durant cette période, la personne est à la recherche d'un nouveau sens, un sens supérieur, à donner à son action. Il ne s'agit plus seulement d'agir pour elle-même, mais de diffuser et de partager avec les autres ce qu'elle a appris durant le premier hémicycle de la lunaison progressée. L'exemple qui me vient toujours à l'esprit (mais bien sûr, il ne faut pas se limiter à cela) c'est l'image de la personne qui, après avoir fait ses preuves dans le monde professionnel, après avoir atteint certains objectifs personnels, décide de passer à autre chose et se tourne vers la formation des autres. Elle peut alors s'orienter vers un rôle d'enseignante, de formatrice, ou de conférencière. Elle peut publier des articles, adhérer à des associations, à des groupes de réflexion. Vous voyez ? Ce ne sont que des exemples, car bien sûr chaque cas est différent, mais l'idée principale est de partager son expérience avec autrui, de diffuser un savoir, une connaissance.

Parallèlement, et toujours dans cette quête de sens, la personne peut aussi entamer une recherche plus personnelle, parfois une recherche spirituelle ou religieuse. Elle peut ainsi se rapprocher de certains groupes, de certaines communautés, s'ouvrir à d'autres formes de pensée. C'est aussi une période durant laquelle on peut par exemple décider de changer complètement son mode d'alimentation, de passer au bio par exemple, de manger sans gluten.... On peut se mettre au yoga, décider de méditer chaque jour… Bref, l'idée, derrière tout cela, est de replacer son expérience et son parcours dans une vision plus large des choses. La personne est ainsi en recherche d'une nouvelle "idéologie" de vie et cela se décline dans différents secteurs de sa vie.

Il faut noter également, qu'il y a parfois dans cette phase (et toujours en fonction des personnes), le risque de faire preuve, inconsciemment, d'un certain prosélytisme, voire d'un peu d'intolérance dans nos rapports avec autrui. On a parfois vite fait de penser que "ce fameux sens supérieur", que l'on commence tout juste à aborder et à découvrir, est en réalité une vérité absolue, une panacée, quelque chose que tout le monde devrait faire et adopter. Bien sûr, il n'en n'est rien. Il y a autant de vérités qu'il y a de personnes sur Terre. Et ce n'est pas parce que l'on vient de s’ouvrir ou de "trouver" quelque chose, que ceci doit forcément s'imposer aux autres. Thérèse Casati nous parle même ici d'un risque de "fanatisme". Ce mot est peut-être peu exagéré, mais en tous cas, il a le don de nous réveiller !

Quoi qu'il en soit, ce qui reste essentiel, à mon sens dans cette phase, c'est avant tout le besoin de s'investir dans une participation sociale plus large. Dans le cycle végétal, le sesqui-carré décroissant correspond à l'étape du bulbe, le bulbe qui préfigure le fruit. Il s'agit donc d'aller au-delà de la seule floraison. Le bulbe, futur fruit, prépare déjà les graines d'une future génération, il ne travaille pas uniquement pour lui en tant qu'individu, il travaille pour une espèce toute entière. "Former des formateurs", par exemple, correspond parfaitement à cette notion de travail pour l'avenir d'une espèce. Et c'est d'ailleurs cela, qui donne aux personnes dans cette phase, le besoin de trouver un sens supérieur à leurs actions et à leur existence. Enfin, le sesqui-carré décroissant est aussi appelé la phase de "la lune disséminante". On pourrait l'interpréter dans un sens de "disparition progressive", de "désagrégation", ce n'est pas faux car quelque chose disparaît pour laisser la place à autre chose, néanmoins, à mon sens, l'essentiel de la phase relève davantage du verbe "disséminer" proprement dit, c'est à dire : "diffuser", "partager", "transmettre"...

Attitude juste dans cette phase :

Ouverture, recherche de sens, intégration de l'expérience, recherche d'une participation sociale plus large, mais aussi humilité et pondération.

Retour

7/ Phase du dernier quartier :

Carré décroissant

Lune progressée à 90 degrés en arrière du Soleil progressé

Phase de type Capricorne/Verseau


Comme tous les carrés il s'agit là encore d'une phase de crise. Pour ma part, je séparerais pourtant cette phase en deux phases distinctes. Une première phase plutôt Capricorne suivie d'une deuxième phase, davantage Verseau.

En premier lieu, la phase Capricorne du carré décroissant de la lunaison, correspond à l'étape du fruit mûr dans le cycle végétal. C'est donc l'aboutissement de tout un processus de construction qui a débuté au moment de la nouvelle lune, soit près de 22 ans auparavant. Si l'on ne regarde que les aspects à 90 degrés (aspects décisifs) l'on voit que la graine a été plantée (nouvelle lune), puis que la petite pousse a pris racines (carré croissant) avant de fleurir (opposition). À la suite de cette floraison, l'arbre est entré dans la constitution d’un fruit, il a alors diffusé et partagé son expérience tout en continuant à rechercher et à apprendre sur lui-même (Lune disséminante : “le bulbe”). Au moment du carré décroissant, le fruit est mûr et se trouve au sommet de l'arbre. En son centre, quelque chose s'est progressivement structuré et condensé pour former un noyau. La phase du fruit est donc l'achèvement de tout un cycle de construction, il représente quelque part "une œuvre", une réalisation. Et vous voyez, symboliquement, le fruit s’oppose aux racines, dans sur axe vertical (production) alors que la floraison s’opposait à la graine sur un axe horizontal (relations). Donc pour la personne c'est souvent un moment où elle peut produire quelque chose de concret à partir de son expérience et de son parcours. Cela peut par exemple correspondre à l'écriture d'un livre ou d’une thèse, à l'accession à un certain statut social, à une réalisation professionnelle marquante, à l’aboutissement d’un long travail amenant une réputation ou une notoriété...

Parallèlement, toujours dans la “production de quelque chose” (Capricorne) mais cette fois sur un plan plus intérieur, il s'agit aussi à ce moment-là, de condenser et de structurer (à l’image du noyau) toute l'expérience accumulée durant les trois quarts du cycle de lunaison, dans une nouvelle philosophie de vie. Voilà pourquoi le carré décroissant de la lunaison est aussi une phase de "crise de conscience". De tout son parcours depuis le début du cycle et de toutes les étapes qu'elle a traversées, la personne va progressivement retirer une nouvelle idéologie de vie. Elle va commencer par trier et ré-évaluer ses valeurs. Puis elle va extraire de tout cela "une substantifique moelle", "une huile essentielle", et à partir de là, elle va pouvoir se tourner vers l'avenir. Donc c'est cela "le noyau" dont j’ai parlé, c'est la condensation de son expérience en une nouvelle philosophie de vie. Et bien sûr, vous l'avez compris, c'est ce noyau, qui deviendra plus tard graine (7 ans après), et qui donnera le départ à un nouveau cycle de croissance (phase de Nouvelle Lune).

Abordons à présent la deuxième phase du carré décroissant de la lunaison, la phase Verseau. Une fois le fruit devenu mûr, une fois le noyau bien constitué (phase Capricorne), et bien le fruit est prêt à se détacher de l'arbre. C'est ce qu'il va faire dans la phase Verseau. La phase Verseau représente donc, pour la personne, une rupture avec tout un ensemble de choses qui constituaient son équilibre auparavant. Pour bien comprendre cela, revenons quelques pas en arrière... De la graine à la fleur il n'y avait qu'une seule entité : La graine était tout simplement devenue fleur (c'était le premier hémicycle de la lunaison, un hémicycle de développement finalement assez "individuel"). À partir de la floraison et jusqu'au fruit, il y a eu deux entités liées l'une à l'autre : L'arbre et le fruit. L'arbre construisait le fruit. Mais à partir de la "phase Verseau" du carré décroissant, ces deux entités, pour la première fois, se séparent. Le fruit se sépare de son tuteur, l'arbre. C'est pour cela que je parlais tout à l'heure de "rupture". Ici la rupture est nécessaire pour permettre à la personne de se tourner vers l'avenir (sens du signe du Verseau). Donc après la crise de conscience (Phase Capricorne), la personne va être amenée à se séparer de tout un ensemble de choses qui constituaient la colonne vertébrale de sa vie jusqu'à présent. C'est pourquoi, cette phase est souvent une phase de "réorientation". En fonction des cas, cette réorientation peut toucher davantage le domaine professionnel, ou bien davantage la vie privée, et parfois même les deux simultanément. La rupture avec un tuteur se fait parfois en douceur, mais bien souvent elle implique une certaine "violence". J'écris le mot "violence" entre guillemets ici, car ce n'est pas tout à fait le bon terme, il est sans doute un peu excessif. Il n'en reste pas moins que le Verseau contient une énergie un peu adolescente et rebelle par nature, et cette énergie est souvent nécessaire à ce moment de la vie, pour se donner la force de "couper" avec quelque chose et de se réorienter. Donc il peut y avoir durant cette phase des ruptures et des réorientations assez "spectaculaires". Parfois des virages à 180 degrés au niveau des idées et des objectifs. Il s'agit en réalité pour la personne de retrouver une certaine liberté, comme le fruit qui se libère de l'arbre : Liberté de mouvement, liberté de penser, affranchissement vis à vis de certaines dépendances devenues limitantes… Et donc, le fruit, en se séparant de l'arbre, va emporter avec lui les graines de demain : De nouveaux projets, de nouveaux objectifs. La phase Verseau du carré décroissant est donc aussi, comme tout à l'heure à la fin de la phase de pleine lune, une période durant laquelle les personnes peuvent se réorienter, changer de travail, changer complètement de vie.

Attention toutefois, car on peut facilement durant cette phase être obnubilé par l'avenir au point d'en oublier la valeur du présent et du passé. "Passer à autre chose", c'est sans doute très bien, mais pour autant il ne s'agit pas nécessairement de devoir "repartir à zéro". Donc dans ces phases de réorientation il est toujours important de voir aussi, ce que l'on peut emporter avec soi du passé, ce qui peut encore nous servir, ce qui va nous aider à construire autre chose, autrement.

Attitude juste durant cette phase :

Courage : pour prendre un virage important dans sa vie.

Pondération et pragmatisme : Pour être capable de faire le lien entre le passé et l'avenir.

Retour

8/ Phase du vieux croissant :

Semi-carré décroissant

Lune progressée à 45 degrés en arrière du Soleil progressé

Phase de type Poissons


Dans cette dernière phase, nous arrivons à la fin du cycle de la lunaison progressée. Or toutes les fin de cycle sont en général des périodes assez difficiles à vivre. Pourquoi ? Et bien déjà parce qu'il s'agit de faire le vide dans notre vie. La fin d'un cycle, en effet, a pour but de préparer la venue du cycle suivant. Il s'agit donc en premier lieu, de défricher la terre, de la retourner, pour que celle-ci puisse par la suite accueillir dans de bonnes conditions la future graine. Un passage par le "vide" est donc nécessaire. Mais ce processus qui consiste à vider notre vie est souvent perçu comme anti-naturel. Nous sommes en effet conditionnés, depuis notre plus jeune âge, à conserver notre vie pleine : Pleine d'amis, de relations, d’objets, de projets, d'argent... Donc lorsque celle-ci se vide, en fin de cycle, nous avons tous tendance à paniquer. Pourtant dans cette fin de cycle, certaines choses vont bel et bien être amenées à se défaire : Des relations vont s'arrêter, des associations, des sociétés peuvent prendre fin, des personnes vont partir, il pourra y avoir également des deuils, réels ou symboliques, et la personne pourra se sentir très seule à certains moments...

Il y a ici deux grandes attitudes possibles. La première consiste à essayer de retenir à tout prix les choses : Cette attitude amène hélas bien sûr la personne à une forme de souffrance supplémentaire. En effet, plus on s'accroche à quelque chose qui est, de toutes façons, amenée à passer, et plus la séparation est douloureuse. La deuxième attitude, consiste au contraire à accompagner en conscience ce passage nécessaire par le vide. Tout repose en réalité sur le désir, et la capacité, de comprendre le sens profond de cette phase de fin de cycle. Si vous voulez planter une graine dans votre jardin, il faut d'abord lui faire de la place, c'est aussi simple que cela. D'où souvent un travail intérieur à réaliser sur le fait que rien ne dure éternellement dans la vie.

En tant qu'astrologue vous allez souvent rencontrer des personnes qui sont en souffrance en fin de cycle, et particulièrement durant les 3 dernières années du cycle de la lunaison. Plutôt que de chercher à tous prix à les apaiser en passant de la pommade sur leur plaies, vous devez à mon sens davantage veiller à leur expliquer le sens de ce qu'ils vivent, à replacer cette période de leur vie dans une perspective plus large, à leur expliquer que cette phase est nécessaire pour qu'il puisse y avoir prochainement une renaissance, au moment de la nouvelle lune progressée.

Cependant, bien que cette dernière phase du cycle de la lunaison progressée soit une phase très "Poissons", nous aurions tort de la réduire simplement à une période de vide et de souffrance potentielle. Il faut se rappeler que dans la phase précédente, la phase Verseau, le fruit s'était séparé de l'arbre en emportant avec lui son noyau. Dans la phase Poissons, à présent, le fruit se retrouve au sol. Il a "amorti" la chute du noyau, et il va à présent donner sa chair pour nourrir ce noyau en passe de devenir une nouvelle graine. On retrouve d’ailleurs ici toute la symbolique "christique" du signe des Poissons : "Prenez et mangez en tous, voici ma chair...", le sacrifice, la mort pour une renaissance... Donc, au sol, le fruit va pourrir et se déliter, et en faisant cela, il va créer une sorte d'engrais pour aider le noyau à devenir une graine. Que la nature est bien faite !

Donc ce qui a été produit et réalisé dans la phase Capricorne (le fruit mûr), se délite à présent au profit de quelque chose qui est encore en gestation : La future graine. Vous voyez ? D'où l'importance de ce que je vous disais tout à l'heure dans la phase Verseau : La nécessité de ne pas rejeter en bloc tout son passé lors de la réorientation, car certains éléments, certains acquis, doivent servir de nourriture à la future graine.

Donc dans cette phase Poissons, nous retrouvons un double mouvement (écho au 3e cycle de Saturne, les deux poissons nageant en sens inverse). Le premier mouvement est, nous l'avons vu, un mouvement qui tend à vider notre vie, à y faire de la place, bon gré mal gré. Le deuxième mouvement, quant à lui, est un mouvement de reconnexion à soi et d'imprégnation à autre chose. Parfois, c'est la souffrance de voir notre vie se vider, la souffrance de voir des personnes nous quitter, qui nous pousse à nous reconnecter à notre âme. Il peut à ce titre y avoir une recherche spirituelle, une quête de sens, qui débute ici. On peut également décider de faire une retraite, pour se retrouver, pour faire le silence. On peut découvrir une nouvelle dimension de soi durant cette période, une dimension plus spirituelle. Vous voyez, tout cela nous parle d'une période de préparation, une période de "gestation".

Ce n'est pas un moment propice pour se lancer dans de nouveaux projets, ou dans une nouvelle relation sentimentale. Pourquoi ? Parce que si quelque chose débute durant cette phase, il y a de très fortes chances pour qu'elle change à nouveau durant la phase de Nouvelle Lune. Pourtant, vous verrez que des personnes lancent des projets durant cette phase du vieux croissant, pourquoi ? En fait, c'est souvent un réflexe ou l'expression d'une peur inconsciente : "Ma vie se vide, donc par compensation, je cherche à la remplir avec un nouveau projet ou avec une nouvelle relation". Je dirais, après tout "pourquoi pas" ? Il ne s'agit pas de juger mais de chercher à comprendre...Car après tout, se concentrer sur un nouveau projet ou sur une nouvelle relation peut aider la personne à traverser cette phase de fin de cycle, toujours un peu difficile. Dans ce sens, cela peut être un bien. Mais dans la plupart des cas, ces nouveaux projets et nouvelles relations, seront amenés à se transformer dans les 3 années à venir, et souvent d'ailleurs, au moment exact de la nouvelle lune progressée. Le changement de cycle a souvent raison de ce qui a été amorcé dans la dernière partie du cycle précédent... Donc un nouveau projet ou une nouvelle relation en fin de cycle ? Pourquoi pas ?... Mais il convient de rester prudent et réservé sur la pérennité de cela dans le temps.

Plus la personne va avancer dans cette phase (et surtout dans la dernière année) plus elle va ressentir la montée d'une nouvelle énergie pour prendre un nouveau départ dans sa vie (au moment de la nouvelle lune progressée). Parfois même, au cours de cette dernière année, la personne peut commencer à percevoir, en anticipé, la direction que prendra sa vie dans son futur cycle de lunaison (cela reste malgré tout assez rare).

Attitude juste durant cette phase :

Sagesse et courage pour accepter en conscience une période nécessaire de vide et de gestation. Recherche intérieure et spirituelle. Patience.

Retour

0